Revue de l’année : comment tenir compte de la diversité régionale (ICI Radio-Canada.ca)

Révision de Pierre Tourangeau, ombudsman | Services français

Révision par l’ombudsman de Radio-Canada d’une plainte à propos d’un reportage publié le 23 décembre 2014 sur ICI Radio-Canada.ca

LA PLAINTE

Un auditeur de Dieppe au Nouveau-Brunswick, M. James Robinson, se plaint d’un reportage intitulé Rétrospective : 12 événements qui ont marqué le Canada en 2014, publié le 23 décembre 2014 sur ICI Radio-Canada.ca. Il considère que ce reportage, essentiellement une liste d’événements, aurait dû contenir la tuerie survenue à Moncton en juin 2014, au cours de laquelle trois policiers de la GRC ont été assassinés.

Voici comment il exprime son mécontentement :

« Le soir de l'événement, rien à Radio-Canada ou au RDI. Les gens de la région obtenaient l'info via CNN, CBC, partout sauf à Radio-Canada ou au RDI. (…) Et le 23 décembre dernier lorsque Radio-Canada fait la liste des 12 événements marquants de 2014, rien sur Moncton. Je n'en revenais pas! Il s'agit d'un des nombreux signes d'indifférence à notre région depuis plusieurs années de votre part, mais ceci dépasse les bornes!

(…)

Trois agents de la GRC tués et deux autres blessés de façon sauvage par un tueur qui tient en otage toute la population de la région pendant près de 36 heures, voici un événement que je considère significatif. Du jamais vu dans notre pays. Aussi, la résilience exemplaire que la population du grand Moncton et du Nouveau-Brunswick a démontré durant et après les événements fait également partie de l'aspect exceptionnel de toute cette crise. On a d'ailleurs été grandement déçu par la couverture journalistique de Radio-Canada le soir des événements. Ça a pris plus de 12 heures avant que vous en fassiez mention de manière significative dans vos bulletins de nouvelles. Donc, je crois que votre oubli des événements de juin à Moncton dans votre liste est en fait consistant avec le premier oubli. Vous aviez une belle occasion de vous racheter un peu alors que vous aviez été grandement critiqués sur votre erreur initiale. Ce genre de négligence pour ce qui se passe ici est trop fréquent et depuis si longtemps qu'il ne nous surprend plus, mais nous déçoit à chaque fois, comme si nous avions encore espoir que vous alliez y remédier. »

LA RÉPONSE DE LA DIRECTION DE L’INFORMATION

M. Pierre Champoux, directeur de la rédaction numérique, a répondu au plaignant au nom de la direction de l’Information.

Voici sa réponse :

« Votre plainte aborde la question de la couverture générale des événements de Moncton par Radio-Canada et RDI, mais vise plus spécifiquement notre publication du 23 décembre 2014 intitulée Rétrospective : 12 événements qui ont marqué le Canada en 2014.

Comme vous le savez probablement, l’ombudsman de Radio-Canada s’est déjà prononcé sur notre couverture de la tragédie de Moncton dans sa révision publiée le 17 juin 2014. Je ne crois donc pas qu’il soit pertinent d’y revenir. Vous me permettrez de concentrer ma réponse sur l’article du 23 décembre (Rétrospective…) dont était absent la fusillade du 4 juin.

Cette liste des événements marquants s’établissait comme suit :

  • La tragédie de l’Isle-Verte
  • Le changement de garde dans 6 provinces
  • Radio-Canada dans la tourmente
  • La découverte de l’épave d’un navire de l’expédition Franklin
  • Magnotta reconnu coupable
  • L’émergence de loups solitaires au Canada (événements d’Ottawa et Saint-Jean-sur-Richelieu)
  • L’affaire Jian Ghomeshi
  • La fin de l’ère Rob Ford à Toronto
  • La controverse entourant les différents projets d’oléoduc
  • La fuite de la secte Lev Tahor à l’étranger
  • Le débat sur l’austérité au Québec
  • Une nouvelle loi sur la prostitution au pays

En toute transparence, M. Robinson, je vous avoue que ma liste aurait été différente. Et je suis certain qu’en faisant l’exercice auprès de 50 personnes, nous aurions obtenu 50 listes différentes. L’équipe savait pertinemment qu’en se limitant à 12 exemples, elle devrait écarter des événements que d’autres auraient jugés incontournables.

Au départ, une quarantaine d’événements figuraient sur sa liste des faits marquants de 2014. La fusillade de Moncton était évidemment du nombre. Après de nombreux et souvent houleux échanges, l’équipe en est arrivée à cette liste, excluant au passage les travaux de la commission Charbonneau (et le témoignage de Tony Accurso), par exemple.

Sachant très bien que ce choix ne ferait jamais l’unanimité, nous avons invité les internautes à soumettre, en tribune, les événements qui, selon eux, auraient dû y apparaître.

Vous vous en êtes d’ailleurs prévalu et je vous en remercie.

Cela dit, M. Robinson, votre plainte nous amène à réfléchir à la façon dont nous créerons dorénavant ce genre de contenu. Mais il demeure que c’est une science bien inexacte basée sur le jugement d’individus (bien intentionnés et fort compétents par ailleurs) plutôt que sur des données empiriques. »

LA DEMANDE DE RÉVISION

Sans être insatisfait de la réponse de M. Champoux, M. Robinson m’a quand même demandé de réviser sa plainte afin d’obtenir mon opinion sur la question.

Voici en quels termes il a répliqué à la réponse de M. Champoux :

« Je reconnais la difficulté de l’exercice pour cette liste et je suis un grand fan de Radio-Canada télé, radio et RDI. Évidemment, j’entends bien votre réponse et sais bien tout l’aspect subjectif de l’exercice et la subjectivité des gens, qui comme moi ne s’y reconnaissent pas ou sont plus ou moins en accord. Donc, je respecte votre opinion, mais je ne suis pas d’accord avec la réponse. Je trouve les critères flous. Et ici, il y a toujours la frustration, pour les Acadiens du "montréalisme" de Radio-Canada. Le même événement serait arrivé à Montréal et je crois qu’il aurait fait les trois premiers de la
liste! »

LA RÉVISION

En toute franchise, je reconnais la justesse des explications données par M. Champoux au plaignant. L’exercice qui vise à identifier selon leur importance un nombre limité d’événements parmi les centaines ayant marqué une année complète constitue un exercice à la fois subjectif et complexe.

Et effectivement, les autres médias et organismes qui se sont prêtés à cet exercice pour 2014 sont parvenus à des résultats différents et certainement discutables selon l’appréciation et le point de vue de chacun.

J’ajoute qu’en vertu de la liberté de presse, les Normes et pratiques journalistiques (NPJ) de Radio-Canada établissent d’entrée de jeu le principe selon lequel les responsables de l’Information et les journalistes sont libres de leurs choix éditoriaux, en autant qu’ils respectent aussi les autres principes, valeurs, règles et contraintes de ces mêmes NPJ.

À cet égard, je me dois de souligner que celles-ci, dès leurs premières lignes, précisent aussi qu’en matière d’information, Radio-Canada a pour mission d’être « enraciné dans toutes les régions du pays » et de faire porter son regard « sur l’ensemble du Canada ».

Un peu plus loin, toujours dans la définition de sa mission en information, les NPJ stipulent que Radio-Canada doit « refléter la diversité ». Voici comment s’écrit ce principe :

« Refléter la diversité

Nous tenons à refléter fidèlement l’éventail des expériences et des points de vue des Canadiens. Nos informations doivent être pertinentes aux yeux des citoyens, quelles que soient leurs origines, perspectives et croyances, tout en étant conformes à nos valeurs.

Nous nous engageons à refléter les diversités régionales et culturelles du pays et à favoriser le respect et la compréhension entre les régions. »

Comme on le voit, le respect de cette diversité dans les choix éditoriaux n’est pas qu’un souhait ou un vœu pieux, c’est un engagement.

Pour revenir plus directement à l’affaire qui nous occupe ici, je ne dirais pas qu’il aurait fallu, pour respecter cet engagement, que le RDI retienne nécessairement la fusillade de Moncton dans sa liste des faits marquants de 2014.

Je crois toutefois qu’on aurait pu, et dû, dans la façon de sélectionner les événements de cette liste, se préoccuper de ce nécessaire engagement, formulé dans les NPJ, à refléter « l’éventail des expériences et des points de vue des Canadiens » et à choisir des informations « pertinentes aux yeux des citoyens, quelles que soient leurs origines ».

Comment? Le choix des moyens revient aux responsables d’ICI Radio-Canada. Aussi, je ne propose ici que suggestions et pistes de réflexion.

On pourrait, par exemple, soumettre les événements de l’année à une grille comportant un certain nombre de critères, ce qui limiterait le caractère totalement subjectif de l’exercice.

Il serait aussi possible d’élargir « l’équipe », qui procède au choix, à des journalistes de toutes les régions du pays plutôt que de confier cette tâche à la seule équipe multiplateformes d’ICI Radio-Canada.ca à Montréal.

Il y aurait d’autres manières de procéder : La Presse Canadienne, une agence de presse nationale, procède par sondage auprès de toutes les salles de nouvelles au Canada. Et la tuerie de Moncton se retrouve au deuxième rang de son classement de 2014, ex æquo avec l’affaire Jian Ghomeshi, mais derrière les attaques terroristes au Parlement d’Ottawa et contre un militaire à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Ce ne sont que des pistes qui ne suggèrent en rien que les NPJ ont été enfreintes par ICI Radio-Canada.ca dans le cas soumis par M. Robinson. Ces suggestions répondent à la demande d’opinion qu’il m’a formulée dans sa demande de révision. Elle s’inscrit également dans la réflexion sur la manière de créer « ce genre de contenu » à laquelle M. Champoux dit vouloir se livrer dans sa réponse au plaignant.

Conclusion

Le reportage intitulé Rétrospective : 12 événements qui ont marqué le Canada en 2014, publié le 23 décembre 2014 sur ICI Radio-Canada.ca, n’a pas enfreint les Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada.

_______________________________

Version PDF de la révision.

Pour me joindre : ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc