ICI Radio-Canada.ca est-elle « québecocentriste »? (Page principale, ICI Radio-Canada.ca)

Révision de Pierre Tourangeau, ombudsman | Services français

Révision par l’ombudsman de Radio-Canada d’une plainte à propos de la page principale d’ICI Radio-Canada.ca.

LA PLAINTE

M. Stéphane Belmadani, un citoyen francophone qui habite hors du Québec, soutient que la page principale d’ICI Radio-Canada.ca est « québécocentriste », car il considère qu’on n’y rend pas compte de la diversité de l’actualité canadienne et que son contenu est trop québécois.

Pour contexte, je précise que cette plainte a été formulée peu après le décès de l’ancien premier ministre du Québec, M. Jacques Parizeau, et du retour en politique active de M. Gilles Duceppe aux commandes du Bloc québécois.

Voici la plainte de M. Belmadani :

« Trop souvent, je me tourne vers la CBC (www.cbc.ca) puisque que ICI Radio-Canada (www.src.ca) offre une couverture médiatique non équivalente et québécocentrique. Parizeau c’était un grand homme, le retour de Duceppe, c’est quelque chose, oui. Mais tout de même, on priorise ces nouvelles à titre de "nationalisme québécois" en oubliant les francophones hors Québec. Cette situation existe depuis bien plus longtemps que ces événements récents. Le point 2 du mandat de la SRC est fréquemment négligé.

La Loi sur la radiodiffusion de 1991 stipule que :

"(...) la Société Radio-Canada, à titre de radiodiffuseur public national, devrait offrir des services de radio et de télévision qui comportent une très large programmation qui renseigne, éclaire et divertit;

(...) la programmation de la Société devrait à la fois :

i. être principalement et typiquement canadienne,

ii. refléter la globalité canadienne et rendre compte de la diversité régionale du pays, tant au plan national qu'au niveau régional, tout en répondant aux besoins particuliers des régions, (…)"

En tant que Franco-Canadien, j'aimerais bien pouvoir consommer mes nouvelles canadiennes en français. Je comprends que la majorité des Franco-Canadiens sont Québécois, mais l'argument du plus grand nombre ne change pas votre mandat. Si la SRC était une entreprise privée (comme Québecor), alors oui, l'argument du plus grand nombre serait valide. Or ce n'est pas le cas. Je vous prie de surveiller la couverture quotidienne des événements sur la page web d'accueil de www.src.ca et d'en assurer une couverture qui est conforme à votre mandat, c'est-à-dire qui représente la globalité canadienne, et non pas une globalité provinciale, celle du Québec. »

LA RÉPONSE DE LA DIRECTION DE L’INFORMATION

Mme Micheline Dahlander, chef, Relations citoyennes et Diversité, a répondu au plaignant au nom de la direction.

Voici l’essentiel de sa réponse :

« D’abord, afin de refléter la grande diversité régionale du pays, nous offrons aux internautes friands d’actualité la possibilité de personnaliser la page principale de Radio-Canada en choisissant une région ou une province qui les intéresse comme l'Acadie ou la Saskatchewan.

Par exemple si vous sélectionnez Ottawa-Gatineau, en haut de la page, vous aurez accès à quatre nouvelles traitant de cette région sur la page principale où logent notamment les informations nationales et internationales. A la une, les internautes peuvent donc lire aujourd’hui quatre grands titres de cette région :

  • Faire la lumière à Ottawa;
  • Manifestations de travailleurs pour sauver la scierie de Lauzon de Thurso;
  • Le plongeur de Cornwall n’est pas mort noyé;
  • Pas de virage politique pour l'Association des résidents de l'Île-de-Hull.

En cliquant ensuite sur Ottawa-Gatineau, vous aurez accès à huit grands titres.

À la suite de ces huit textes de nouvelles, vous y trouverez d’heure en heure toutes les informations relatives à Ottawa-Gatineau grâce au fil d’actualité en continu.

Voici le lien : http://ici.radio-canada.ca/ottawa-gatineau. »

LA DEMANDE DE RÉVISION

Cette réponse n’a pas convaincu M. Belmadani, qui m’a demandé de me pencher sur sa plainte. Voici en quels termes :

« Le simple fait d’offrir des sous-sections régionales sur votre site ne remplit pas automatiquement et entièrement le point de votre mandat sur la diversité canadienne. Le manque de diversité canadienne concerne surtout la page d’accueil d’ICI Radio-Canada.ca et non pas les sections régionales qui sont, évidement, liées à leur propre contenu régional. Vous soulignez également le fait que l’on peut "personnaliser la page principale de Radio-Canada en choisissant une région ou une province". Or le fait de changer de région personnalise de manière très minime la page d’accueil en changeant uniquement la petite section régionale de la page d’accueil; les autres nouvelles demeurent les mêmes. Cet espace représente environ 2 à 3 % de l’espace total des nouvelles sur la page d’accueil.

La page d’accueil d’un site web doit représenter de manière forte et claire l’organisme ou l’institution ainsi que son mandat. Les différentes sections régionales couvrent différentes régions du Canada dont plusieurs régions du Québec (Grand-Montréal, Mauricie, Estrie) alors pourquoi la page d’accueil d’ICI Radio-Canada.ca serait aussi majoritairement axée sur l’actualité québécoise? En offrant une couverture québécocentrique sur votre page d’accueil, vous priorisez les internautes québécois tout en négligeant les internautes francophones hors Québec. Il existe plus d’un million de francophones hors Québec au Canada; comment pensez-vous que les internautes de cette population peuvent s’identifier ou être intéressés au contenu de la page d’accueil d’ICI Radio-Canada.ca alors que celle-ci contient une majorité de contenu sur le Québec?

J’ai moi aussi examiné attentivement le contenu d’ICI Radio-Canada.ca. (…) »

M. Belmadani joint à sa demande de révision une trentaine de captures d’écran de différentes éditions régionales de la page d’accueil d’ICI Radio-Canada.ca et quelques-unes de CBC.ca à titre comparatif afin d’appuyer ses dires.

LA RÉVISION

Ce n’est pas la première fois qu’un citoyen se plaint de ce que M. Belmadani appelle le « québecocentrisme » des contenus offerts par Radio-Canada sur l’une ou l’autre de ses plateformes. Il s’agit en effet d’un sujet récurrent sur lequel mes prédécesseurs et moi avons eu à nous prononcer à plusieurs occasions.

Les 13 et 15 août 2013, j’ai rendu deux décisions sur la question : Météo : trop pour le Québec, pas assez pour l’Ontario? (RDI); et Diversité régionale : la responsabilité de l’antenne, pas d’une seule émission (TJ Midi). Les arguments que j’invoquerai au cours de la présente révision ne seront pas différents de ceux que j’ai fait valoir à l’époque. Ces décisions sont toujours disponibles sur mon site pour qui voudrait les consulter.

Le plaignant appuie sa plainte sur la Loi sur la radiodiffusion de 1991, qui stipule notamment que la programmation de Radio-Canada devrait « refléter la globalité canadienne et rendre compte de la diversité régionale du pays, tant au plan national qu'au niveau régional, tout en répondant aux besoins particuliers des régions (…) ».

Cette exigence touche toute la programmation de Radio-Canada. En matière d’information, les Normes et pratiques journalistiques (NPJ) que s’est donnée la Société vont plus loin pour définir sa mission et son mandat en ce qui concerne les services aux régions.

Dans le chapitre d’introduction des NPJ, où on définit la mission, les principes et les valeurs qui guident Radio-Canada en information, on explique que la Société doit offrir aux Canadiens un « service public national de nouvelles et d’information » dont le « regard se porte sur l’ensemble du Canada » à partir de son enracinement « dans toutes les régions du pays ».

On y dit aussi qu’elle doit « refléter fidèlement l’éventail des expériences et des points de vue des Canadiens » en présentant des informations « pertinentes » à leurs yeux et rendre compte des « diversités régionales et culturelles du pays ». Ses contenus d’information doivent aussi présenter une « diversité d’opinions » et « un large éventail de sujets ».

J’ajoute que les principes à la base des NPJ accordent en même temps aux responsables de l’Information et aux journalistes la marge de manœuvre éditoriale nécessaire au plein exercice de leur liberté de presse, garantie par la Constitution canadienne.

On ne peut nier par ailleurs que Radio-Canada doive composer avec la réalité démographique qui concentre 86 % de son auditoire potentiel au Québec. Ce simple fait pourrait justifier que la page principale d’ICI Radio-Canada.ca présente « une majorité de contenu sur le Québec », comme le soutient le plaignant.

J’ai toutefois tenu à vérifier de manière plus concrète si, comme le prétend le plaignant, le contenu de la page principale était « aussi majoritairement axée sur l’actualité québécoise ». Avec l’aide de la direction des Services numériques de Radio-Canada, j’ai analysé sur deux jours le contenu de trois éditions de la page principale d’ICI Radio-Canada.ca : celles de Montréal, d’Ottawa-Gatineau, et de la Colombie-Britannique/Yukon.

Les pages en question ont été saisies le 28 juillet 2015, à 11 h 45, et le 29 juillet 2015, à 8 h 45. Les heures retenues sont celles où le site est le plus fréquenté par le public.

Les deux tableaux suivants indiquent comment se répartissaient les contenus de chacune des éditions en question (NB : je donne dans le premier tableau des exemples de contenus afin de mieux situer chacune des catégories) :

Page principale d’ICI Radio-Canada.ca, le 28 juillet à 11 h 45

Contenus (articles, dossiers, sujets d’émissions)

Montréal

Ottawa-Gatineau

C.-B./Yukon

Total

56

55

53

National (ex. : Vers un marché noir de la téléphonie mobile au Canada?; Il y a 260 ans, le Grand dérangement)

13 %

13 %

13 %

Régional hors Québec (ex. : Les Torontois veulent des Jeux; Un terrain de jeu en l’honneur d’un dinosaure)

16 %

22 %

21 %

Régional québécois (ex. : Excursion historique au Lac-Saint-Jean; Le tour de la Gaspésie sur une seule roue)

23 %

18 %

17 %

Québécois (général) (ex. : Nouvelle perquisition de l’UPAC…; Un cycliste frappé par la foudre à Montréal…)

7 %

5 %

5 %

International (ex. : Un dentiste américain est accusé d'avoir tué le lion Cecil; Les défis du prochain président américain)

20 %

20 %

21 %

Général (ex. : Petit guide de survie à la canicule; Faille majeure du système Androïd)

21 %

22 %

23 %

Page principale d’ICI Radio-Canada.ca, le 29 juillet à 8 h 45

Contenus (articles, dossiers, contenus d’émissions)

Montréal

Ottawa-Gatineau

C.-B./Yukon

Total

50

49

49

National

10 %

10 %

10 %

Régional hors Québec

18 %

24 %

29 %

Régional québécois

32 %

24 %

20 %

Québécois (général)

6 %

6 %

6 %

International

10 %

11 %

11 %

Général

24 %

24 %

24 %

En moyenne, donc, ces trois éditions de la page principale d’ICI Radio-Canada.ca consacraient :

  • 11,5 % de leurs contenus à des sujets nationaux;
  • 21,6 % à des sujets régionaux hors Québec;
  • 22,3 % à des sujets régionaux québécois (incluant les sujets québécois exclusifs aux éditions Montréal et Ottawa-Gatineau);
  • 5,8 % à des sujets québécois (général);
  • 15,5 % à des sujets internationaux;
  • 23 % à des sujets d’intérêt général.

Les tableaux nous indiquent aussi que l’édition Ottawa-Gatineau, qui doit servir une région s’étendant sur deux provinces, le Québec et l’Ontario, présente entre 23 et 30 % de contenus québécois et autour de 35 % de contenus nationaux et régionaux hors Québec.

De son côté, l’édition Colombie-Britannique/Yukon présente de 22 à 26 % de contenus québécois et de 34 à 39 % de contenus nationaux et régionaux hors Québec.

On ne peut donc pas soutenir, comme le fait le plaignant, que la page principale d’ICI Radio-Canada « contient une majorité de contenus sur le Québec », ni que les contenus régionaux n’y comptent que pour « 2 à 3 % de l’espace total des nouvelles ».

Cela dit, peu importe le portrait que donnent ces chiffres, ils ne sont guère pertinents pour répondre à la plainte de M. Belmadani.

D’abord, parce que la page principale d’ICI Radio-Canada.ca n’est pas la page d’accueil d’un site de nouvelles, mais celle d’un diffuseur public généraliste qui présente des contenus de nouvelles et d’actualités, bien sûr, mais aussi des contenus de divertissements et de services, des dramatiques, des documentaires, des variétés, de la musique, des sports... Le rôle de cette page est de présenter à l’internaute l’ensemble des contenus produits et offerts par toutes les plateformes de Radio-Canada. On y trouve entre autres un onglet menant à une section entièrement dédiée à l’information dont on peut, si on ne s’intéresse qu’à l’actualité et aux nouvelles, faire notre page d’entrée sur ICI Radio-Canada.ca. Je rappelle à cet égard, que le web est un médium interactif et qu’il faut l’utiliser comme tel.

Ensuite, parce que l’actualité est mouvante et qu’on doit tenir compte de l’importance des éléments qui la composent. Je précise que pour les éditions qui servent d’exemples dans les tableaux ci-haut, 91 % des contenus avaient été modifiés sur les deux jours couverts.

Lorsqu’un ancien premier ministre québécois meurt, surtout si on lui doit un référendum presque gagnant qui a failli démembrer le Canada, ou qu’un ex-chef du Bloc québécois, qui fut jadis chef de l’opposition officielle à la Chambre des communes, reprend du service, il n’est pas raisonnable de croire qu’on en traitera qu’en surface, d’autant que ces événements ne sont pas d’intérêt public que pour les seuls citoyens résidant au Québec.

Enfin, et surtout, parce que la nécessité de refléter « les diversités régionales et culturelles du pays » est imposée par les NPJ (et la Loi sur la radiodiffusion) à Radio-Canada de façon globale, pas à un bulletin, à une émission, à une plateforme, à un service, une page ou un contenu en particulier.

Comme je l’expliquais dans ma révision du 15 août 2013, « tous les bulletins de nouvelles, toutes les émissions d’actualités et d’affaires publiques, et tous les contenus d’information, nationaux et régionaux, diffusés à la Télévision, au RDI, à la Radio, sur le web ou sur les plateformes mobiles, doivent donc être tenus en compte pour jauger si Radio-Canada s’acquitte bien de son mandat en matière de diversité régionale ».

M. Belmadani croit que « le simple fait d’offrir des sous-sections régionales sur (le) site (web) ne remplit pas automatiquement et entièrement le point (du) mandat sur la diversité canadienne ».

Il a raison. Mais les pages régionales disponibles sur ICI Radio-Canada.ca, par ailleurs nombreuses, sont loin d’être les seuls contenus régionaux offerts par Radio-Canada.

Le réseau d’information continue (ICI RDI), par exemple, consacre le tiers de sa production originale (excluant les rediffusions) à des émissions d’information régionales et à des sujets touchant l’Ouest canadien, l’Ontario, le Québec excluant Montréal, et le Canada atlantique.

Et je rappelle que 17 stations ou centres de production à travers tout le pays produisent chaque jour un grand nombre d’émissions d’actualités et de bulletins de nouvelles régionales à la télévision et à la radio, en plus d’alimenter 19 sites web régionaux constamment mis à jour. Plus d’un millier de personnes travaillent au sein des Services régionaux, dont plus de 200 journalistes en ondes.

J’ajoute que la technologie permet maintenant à Radio-Canada, et de plus en plus, d’adapter ses contenus à ses différents auditoires. La page principale dont se plaint M. Belmadani, par exemple, est géolocalisée. L’internaute qui consulte ICI Radio-Canada.ca recevra donc automatiquement l’édition de la page principale qui correspond à la région où il se trouve. Il peut par ailleurs personnaliser, comme je l’ai dit plus haut, sa page d’accueil selon ses propres champs d’intérêt : information, international, divertissement, région, grilles de programmation télé et radio, la fréquence d’ICI Musique, etc. La plateforme lui permet également d’écouter ou de regarder à la demande ses émissions de radio ou de télé préférées, qu’elles soient régionales ou non, ou encore des reportages à la carte.

Radio-Canada respecte ainsi sa mission de rendre accessibles ses contenus et de permettre aux Canadiens d’y accéder « comme il leur convient, au moyen d’une gamme de médias en constante évolution ».

La direction d’ICI Radio-Canada.ca m’affirme d’ailleurs que ses efforts en matière de régionalisation sont constants « autant sur la page principale que sur l’ensemble du site », y compris pour les plateformes mobiles. On prévoit entre autres ajouter de nouvelles régions à celles qu’on dessert déjà, à l’automne 2015, au Québec, en Ontario et dans les Maritimes.

Comme je l’écrivais dans la révision du 13 août 2013, « Radio-Canada a donc de plus en plus les moyens de servir ses auditoires, quels qu’ils soient. Et elle les utilise, car ses contenus sont de plus en plus nombreux, originaux et diversifiés ». Et j’ajoutais : « Cela implique toutefois que le public radio-canadien doive lui aussi s’adapter à cette démultiplication des plateformes et des contenus et qu’il fasse l’effort d’aller chercher l’information qu’on lui offre là où elle se trouve. »

Conclusion

La page principale d’ICI Radio-Canada.ca respecte les Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada en matière de diversité régionale.

_______________________________

Révision en version PDF.

Pour me joindre : ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc