Tableaux prévisions météorologiques (RDI)

Révision de Julie Miville-Dechêne, ombudsman | Services français

Sommaire

Le plaignant estime qu’un des tableaux des prévisions météorologiques, diffusé au RDI, le matin, est erroné et constituerait une fausse information. À son avis, la ville ontarienne de Thunder Bay ne devrait pas être affichée dans le même tableau que les capitales des provinces du Manitoba et de la Saskatchewan, Winnipeg et Regina.

J’ai conclu que le tableau ne contrevient pas au principe d’exactitude inclus dans les Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada.

LES PLAINTES

M. Paul-François Sylvestre s’est plaint à trois reprises à mon bureau (le 6 mai, le 20 juin et le 7 octobre 2010) de la façon de présenter les prévisions de la météo au RDI, le matin. M. Sylvestre estime qu’on devrait mentionner en ondes la ville d’Ottawa et pas seulement la région de l’Outaouais. Il juge également erroné le tableau de prévisions de trois jours affichant sur la même page Winnipeg (Manitoba), Regina (Saskatchewan) et Thunder Bay (Ontario) :

« (…) Vous ne dites jamais Saguenay sans dire aussi Lac Saint-Jean. Mais vous dites Outaouais en laissant tomber Ottawa. Peut-être croyez-vous que c'est un détail. Pas pour un téléspectateur franco-ontarien qui voit la plus grande région francophone de sa province complètement rayée du bulletin. J'en profite pour réitérer ma demande de changer Ottawa pour Est ontarien. Autrement vous niez l'existence du plus important territoire franco-ontarien. Et je trouve cela insultant. »

« Je dois revenir à la charge car RDI persiste à ignorer ses téléspectateurs ontariens et à présenter des tableaux incorrects qui font la risée de la Société Radio-Canada. Ce matin j'ai vu le reportage météo trois fois et on n'a jamais mentionné Ottawa dans les prévisions pour trois jours. On ne manque jamais de dire Abitibi-Témiscamingue. Pourquoi pas Outaouais-Ottawa? De plus, on continue de placer Thunder Bay dans une province fictive entre la Saskatchewan et l'Alberta. C'est ridicule. Vous faites rire de vous autres en persistant à présenter un tableau aussi farfelu. Il me semble que c'est facile de déplacer une ligne vers le haut sur la même page. Pourquoi Radio-Canada ne lève-t-il pas un petit doigt pour cesser d'insulter les Ontariens? (…) »

Le 29 octobre 2010, Mme Martine Lanctôt, directrice du Traitement des plaintes et des Affaires générales au service de l’Information, a fait parvenir cette réponse à M. Sylvestre :

« (…) Vous reprochez aux équipes météo de commettre une erreur en plaçant Thunder Bay au bas du tableau des prévisions de trois jours, après Winnipeg et Régina. L'erreur serait de ne pas suivre la logique géographique. Thunder Bay étant plus à l'est, la ville devrait apparaître en premier. Or ces tableaux ne sont pas basés sur une logique géographique. Dans ce cas-ci, l'ordre privilégie l'importance des villes et de leur communauté francophone, ce qui explique que Winnipeg et Régina sont nommées avant. Thunder Bay ne peut apparaître dans le tableau de l'Ontario puisqu'il n'y a que trois places, déjà occupées.

Un autre tableau place les Iles de la Madeleine en premier puis Chibougamau et Terre-Neuve en dernier. Il n'y a pas là non plus de logique géographique mais plutôt une décision de regrouper des villes ou régions « orphelines ».

Ces tableaux ne sont pas toujours faciles à composer car ils doivent tenir compte de nombreux facteurs. Cependant, comme vous pouvez le constater, il n'y a pas d'erreur de notre part mais plutôt des choix qui s'expliquent. Nous ne croyons pas que ces choix nuisent à l'information météorologique que nous donnons.

Vous reprochez également au personnel de ne pas mentionner Ottawa dans les comptes rendus du matin. Nous nommons parfois la capitale mais pas toujours. Son nom est bel et bien inscrit sur tous les tableaux avec l'Outaouais. Le public peut facilement le lire. Il n'y a pas de mépris à l'égard des Ontariens dans ce choix de regrouper la météo et de ne pas nommer systématiquement la ville. Vous aimeriez entendre dire Outaouais-Ottawa, comme on dit Abitibi-Témiscamingue. Dans ce cas-ci il s'agit d'une région qui porte ce nom, dans le cas d'Outaouais-Ottawa il s'agit d'associer la région et la ville. C'est plus lourd et phonétiquement pas très heureux.

La météo n'est pas donnée de façon identique chaque jour. Dans plusieurs cas, une ville peut être nommée une journée et pas l'autre, en fonction du portrait météorologique du jour.

Quant aux rapides survols météo du matin, d'une durée de 15 ou 20 secondes, il est difficile de couvrir toutes les grandes régions. Nous mettons alors l'accent sur nos plus grands auditoires.

Soyez assuré que nous sommes sensibles à vos commentaires. Nous revoyons régulièrement notre façon de présenter la météo. Il nous faut être efficace et en même temps tenir compte des attentes des populations que nous desservons. Un équilibre qui n'est pas toujours facile à atteindre mais auquel nous accordons beaucoup d'importance. (…) »

Cette réponse a partiellement satisfait le plaignant. Il estime que des efforts ont été faits pour mentionner la ville d’Ottawa dans la météo, mais il croit toujours que le tableau affichant les prévisions pour Thunder Bay est erroné. Il m’a demandé de réviser cet aspect de sa plainte.

LA RÉVISION

La météo est un sujet sensible pour beaucoup de téléspectateurs. Depuis que je suis en poste, plusieurs francophones de l’extérieur du Québec m’ont écrit pour déplorer que tant de temps soit consacré à la météo du Québec par rapport aux prévisions du reste du Canada. Radio-Canada a la difficile tâche de trouver un équilibre entre son mandat national – c’est-à-dire le mandat de servir les francophones de tout le pays – et la réalité démographique de cette population francophone concentrée au Québec.

J’ai constaté, depuis trois ans, qu’en réaction aux plaintes des efforts étaient faits pour présenter davantage de prévisions météorologiques à l’extérieur du Québec. Le poids démographique des communautés francophones demeure toutefois un critère important, ce qui me paraît difficilement contestable.

Les prévisions météo d’Ottawa

J’ai constaté, comme le plaignant, que, le matin, les météorologues disent parfois « Outaouais », parfois « Ottawa/Outaouais » pour décrire les prévisions de cette région qui chevauche la frontière entre l’Ontario et le Québec. Sur le tableau diffusé à l’antenne vers 7 h 40, les deux mots sont écrits à l’écran : « Outaouais/Ottawa ». Je comprends que le plaignant souhaite que la ville d’Ottawa, où résident 140 000 francophones, soit mentionnée chaque fois, mais il faut prendre aussi en considération le facteur de la concision. Le matin, les prévisions pour Ottawa sont diffusées de deux façons différentes : Ottawa est sur la carte nationale qui est affichée régulièrement à l'écran. Ottawa est une des 24 villes ou régions qui apparaissent dans les tableaux des prévisions de trois jours. Les téléspectateurs entendent le météorologue mentionner parfois « Outaouais/Ottawa », parfois « Outaouais ». Les plaintes répétées de M. Sylvestre semblent donc avoir eu un effet. Cette formule de compromis respecte le principe d’exactitude au cœur des Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada :

« L’information est fidèle à la réalité, en aucune façon fausse ou trompeuse. Cela exige non seulement une recherche attentive et complète mais une langue châtiée et des techniques de présentation sûres, y compris pour les éléments visuels. » (NPJ, III. Principes, 2)

Le tableau « Winnipeg, Regina, Thunder Bay »

Durant la journée, les prévisions des températures du jour sont divisées par région géographique. Il peut y en avoir quatre, cinq ou six affichées en même temps à l’écran, ce qui fait que les prévisions ontariennes tiennent en une page et celles des Maritimes également.

Le matin, les météorologues de Radio-Canada veulent également fournir au public un aperçu des prévisions sur trois jours (le jour même, le lendemain, le surlendemain). Les outils graphiques disponibles ne permettent pas d’inclure plus de trois régions par tableau. C’est ce qui explique la confection des neuf tableaux suivants, présentés dans cet ordre :

1. Montréal/Outaouais/

OttawaAbitibi/Témiscamingue

2. Laurentides/Lanaudière/

Mauricie/Cantons-de-l’Est

3. QuébecBeauce/

Saguenay–Lac-Saint-Jean

4. Bas-Saint-Laurent/

Côte-Nord/Gaspésie

5. Chibougamau/

Îles-de-la-Madeleine/

Saint-Jean/Terre-Neuve

6. Moncton/

Charlottetown/Halifax

7. Toronto/Sudbury/

Hearst

8. Winnipeg/Regina/

Thunder Bay

9. Edmonton/Calgary

Vancouver/Victoria

Le plaignant juge illogique et même erroné que les prévisions de Thunder Bay, ville du Nord-Ouest de l’Ontario, soient présentées dans le même tableau que les capitales de deux provinces de l’Ouest, Winnipeg et Regina. M. Sylvestre aurait peut-être raison de dire qu’il y a une inexactitude, si tous les autres tableaux étaient basés sur un classement géographique strict par province. Or, ce n’est pas le cas. Ottawa est affichée avec Montréal et l’Abitibi, Chibougamau est regroupée avec les Îles-de-la Madeleine et Saint-Jean/Terre-Neuve. Le météorologue Pascal Yiacouvakis explique qu’il a dû rassembler certaines régions sans tenir compte de leur province d’appartenance, car il est limité à trois régions par tableau. Or, il y a cinq régions à nommer en Ontario et quatre villes dans les Maritimes.

Ce n’est pas une situation idéale, mais j’estime qu’il n’y a aucune inexactitude dans les tableaux présentés, puisque ces tableaux ne comportent pas de titre. Je suis certaine que les résidents de Thunder Bay préfèrent avoir des prévisions pour trois jours, même si la présentation n’est pas idéale, plutôt que de ne pas les avoir du tout, parce que l’infographie ne permet pas de regrouper quatre ou cinq villes ontariennes dans le même tableau. M. Sylvestre estime que Thunder Bay devrait être en haut du tableau, afin de suivre logiquement le tableau précédent qui mentionne Toronto, Sudbury et Hearst. Radio-Canada répond que, sur le plan démographique, Winnipeg et Regina sont des communautés francophones plus importantes, et qu’elles doivent donc être plus visibles et placées plus haut sur le tableau. Je n’ai pas à trancher. Il s’agit ici d’un choix journalistique qui se défend.

Conclusion

Le tableau des prévisions météorologiques de trois jours, diffusé le matin au RDI, respecte le principe d’exactitude au cœur des Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada.

______________________________________________

Version PDF de la révision.

Pour me joindre : ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc