Non-publication de commentaires (Radio-Canada.ca)

Révision de Julie Miville-Dechêne, ombudsman | Services français

LA PLAINTE

M. Victor Nazaire s'est plaint le 7 juillet 2010 à mon bureau, car deux de ses commentaires ont été rejetés par les modérateurs de Radio-Canada.ca. Voici les messages en cause :

« Un ancien Premier Ministre d'un des pays du G8 qui Empoche 3,17 Millions de Dollars d'une BANQUE Americaine ! INCROYABLE ! MAIS VRAI !! »

« Dans un cas de SEISME l'Etat haitien devrait passer un DECRET-LOI Etatisant TOUTES les terres frappees par le seisme Apres tout , l'interet GENERAL passe AVANT les interets PRIVES.

Au lieu de DISTRIBUER de l'eau potable la Croix-Rouge pourrait utiliser les fonds pour CONSTRUIRE des RESERVOIRS d'eau a partir de Sources du Pays. Et si Personne n'agit pour fournir les terres NECESSAIRES Laisser le Territoire haitien seance tenante. »

Le plaignant estime que la décision de ne pas publier ses opinions est arbitraire. Le directeur de l'Information à l'Internet et Services numériques, M. Pierre Champoux, lui a répondu que ces deux commentaires contrevenaient tout simplement à l'article 5 de la nétiquette, un ensemble de règles de conduite affichées dans Radio-Canada.ca chaque fois qu'un internaute veut participer à une tribune :

« Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Votre message ne sera pas publié si vous écrivez en majuscules. »

Pierre Champoux ajoute que plusieurs des commentaires passés de Victor Nazaire contenaient aussi des mots écrits en majuscules.

Le plaignant s'est dit insatisfait de cette réponse, car il estime qu'il est ciblé injustement. Il a trouvé des exemples de commentaires publiés par d'autres internautes contenant des majuscules.

LA RÉVISION

En vertu de ses propres Normes et pratiques journalistiques, Radio-Canada est tenue de trier les commentaires du public en fonction d'une série de règles :

« Toutes les activités interactives sont supervisées par des programmateurs de Radio-Canada. Toutes les activités interactives sont soumises à une série de règles clairement affichées sur le site. Ces règles couvrent un vaste éventail de sujets, notamment : les exigences juridiques, un langage approprié respectant les critères de politesse et de bon goût. Les modérateurs de Radio-Canada veillent à ce que ces règles soient respectées. » (NPJ, IV, Normes de production C, 3)

Ce n'est pas parce qu'une règle de la nétiquette – comme l'interdiction des majuscules – n'est pas appliquée parfaitement qu'elle cesse d'exister. Ce sont des êtres humains et non des ordinateurs qui modèrent les commentaires des internautes. En parcourant quelques tribunes, j'ai pu constater que, parfois, les modérateurs laissent passer des messages qui contiennent un mot ou deux en majuscules. Chaque modérateur utilise son jugement et plusieurs clauses de la nétiquette sont sujettes à interprétation.

Victor Nazaire commente l'actualité sur plusieurs sites de nouvelles, toujours en utilisant des majuscules pour ponctuer sa pensée. Il a écrit plus de 700 commentaires à Radio-Canada.ca. Rien n'indique que le plaignant soit victime d'une injustice puisqu'il s'agit d'un premier rappel à l'ordre. La solution à ce différend me semble simple et ne compromet en rien la pensée de M. Nazaire. Il n'a qu'à supprimer les majuscules de ses derniers commentaires afin d'être publié.

Conclusion

Rien n'indique que le plaignant a été injustement ciblé par les modérateurs de Radio-Canada. Ses messages ne respectaient pas la nétiquette. Ils ont été rejetés.

___________________________________

Version PDF de la révision.

Pour me joindre : ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc