Non-publication commentaire (carnet de Radio-Canada.ca)

Révision de Julie Miville-Dechêne, ombudsman | Services français

Sommaire

Un internaute estime avoir été victime de censure, car l'un de ses commentaires n'a pas été publié par Radio-Canada.ca. Ce commentaire, très critique à l'égard de Radio-Canada, se voulait une réaction au carnet d'Alain Gravel, intitulé « Feu la liberté d'expression? ».

J'ai conclu que le commentaire en cause, bien qu'inexact à plusieurs égards, respecte la nétiquette. Il devrait donc être publié par Radio-Canada.ca.

LA PLAINTE

Le 5 mars 2010, M. Pierre Bouchard me fait parvenir une plainte, car il estime avoir été victime de censure par les modérateurs de Radio-Canada.ca. Il voulait réagir au carnet web de l'animateur Alain Gravel, intitulé « Feu la liberté d'expression? » Vous pouvez lire ce carnet à l'adresse suivante :

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/carnets/2010/03/03/128176.shtml?auteur=2097

Voici le message qui n'a pas été publié :

« Critiquer son employeur pour un citoyen sur la place publique est impensable à moins que son syndicat s'il existe soit un roc de Gibraltar!

Le raisonnement vaut aussi pour un journaliste de Radio-Canada qui n'a pas le droit d'appuyer l'idée que le Québec devienne un pays ou de remettre en question sérieusement les mécanismes de l'économie de marché cela ne se fait pas à Radio-Canada. Le réseau procure beaucoup d'informations tout en orientant celles-ci à l'intérieur d'une visibilité CANADA ou par sa dernière actualité en focalisant sur la valeur des entreprises cotées en bourse. Il y a ce ton informatif dans le réseau qui on le sait martèle des normes et des valeurs de convergence d'autant plus fortes que celui-ci fait tout pour les rendre contraignantes et en même temps invisibles. C'est l'astuce type des médias.

Que Radio-Canada soit le diffuseur officiel d'une entreprise de transports comme Air Canada qui respecte mal le français donne une indication sur les limites du réseau. Ce message sera peut-être publié sur ce site, car on le sait il ne sera lu que par 50 ou 250 personnes maximum. Là ça peut aller. »

Le plaignant estime que la non-publication de ce texte prouve « (…) que Radio-Canada fait tout pour se rapprocher de la Pravda et que les vérités ou si l'on veut hypothèses qu'on lui assène, le réseau ne peut les supporter. Le message critique reflétant une opinion légitime faite de sincérité de la part du citoyen et relativement provocateur afin de tester la censure (…) »

Le 12 mars 2010, le directeur de l'Information, Internet et Services numériques, M. Pierre Champoux répond que le message n'a pas été publié, car il contient des affirmations fausses et sans fondement. M. Champoux fait valoir que le journaliste de Radio-Canada doit se garder d'afficher ses couleurs dans ses reportages, mais que rien ne l'empêche d'avoir ses convictions personnelles. Il ajoute que ce sont les journalistes qui sont responsables du contenu et que Radio-Canada n'est pas le diffuseur officiel d'Air Canada.

M. Bouchard s'est dit insatisfait de cette réponse et croit qu'on a brimé sa liberté d'expression, car il critiquait le diffuseur public.

LA RÉVISION

Les Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada obligent les gestionnaires du web à faire vérifier le contenu des commentaires du public par des modérateurs avant de les publier. Ces derniers décident de ce qui peut être publié ou pas, et ce, non pas en fonction de règles journalistiques, mais en fonction de la nétiquette, un ensemble de règles que l'internaute peut lire avant d'envoyer son message :

« Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune ou d'un forum, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui est une autre chose. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes et des forums!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes dans le réseau Internet. Avant d'intervenir dans une tribune ou un forum, il est important de prendre connaissance de la nétiquette. Sinon, on risque de se faire expulser!

1. Les tribunes et forums de Radio-Canada.ca ne sont pas anonymes. Les utilisateurs sont tenus, lors de l'inscription, d'indiquer leurs prénom et nom.

2. Les tribunes et forums de Radio-Canada.ca sont ouverts aux personnes de tous âges, races, religions, sexes, origines ethniques et orientations sexuelles.

3. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes, ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.

4. Les échanges des tribunes et des forums se déroulent en français. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit.

5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Votre message ne sera pas publié si vous écrivez en majuscules.

6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes et forums sont des lieux publics et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.

7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, menacer ou harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer personne.

8. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.

9. L'échange d'arguments, de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais ne doit pas prendre la forme d'un dialogue, d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.

10. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio-Canada.ca n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.

11. La publicité, sous quelque forme que ce soit, est interdite dans les tribunes et forums de Radio-Canada.ca. On entend par publicité le fait d'essayer de vendre un service ou un produit, ou d'inviter les internautes à se rendre sur un autre site. Les internautes sont en général très peu tolérants envers les contrevenants et les administrateurs et modérateurs des tribunes le sont encore moins!

12. L'usurpation de l'identité de l'administrateur des tribunes et des forums ou d'un modérateur dans le but de causer un préjudice ou d'induire en erreur est une infraction grave qui ne sera pas tolérée.

13. Radio-Canada se réserve le droit de fermer une tribune ou un forum à tout moment, sans avertissement préalable.

14. Radio-Canada se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans avertissement préalable.

15. Radio-Canada se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.

16. Radio-Canada n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous rappelons qu'en participant à nos tribunes et forums, vous autorisez Radio-Canada à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication. »

Le commentaire est-il vrai?

Nulle part dans cette nétiquette, il n'est dit que Radio-Canada publie les messages qui reflètent la réalité et bloque ceux qui sont faux. Ce qui est un critère important en journalisme ne l'est pas quand il est question de permettre au public de s'exprimer. Il serait tout à fait impossible pour les modérateurs de vérifier l'exactitude de chacun des commentaires avant de les mettre en ligne. De plus, les messages reflètent souvent l'opinion, les perceptions des internautes. Instituer une obligation de vérité limiterait énormément la liberté d'expression.

Comme l'exactitude n'est pas un critère de la nétiquette, il ne peut pas être appliqué au message de Pierre Bouchard sous prétexte qu'il est question de Radio-Canada. Il est bien sûr facile pour un journaliste radio-canadien de voir que les perceptions de l'internaute ne correspondent pas à la réalité qu'il connaît : I'information à Radio-Canada n'est pas orientée systématiquement pour procurer une visibilité au fédéralisme; Radio-Canada n'est pas le « diffuseur officiel » d'Air Canada. Mais que Pierre Bouchard ait tort ou raison importe peu ici. C'est sa perception de Radio-Canada. Son message n'attaque personne en particulier et ne manque pas de respect.

Pourquoi le commentaire a-t-il été retenu?

J'ai tenté de savoir ce qui avait motivé les modérateurs. Deux d'entre eux m'ont expliqué qu'ils avaient choisi de retenir le message, car ils trouvaient que l'internaute délaissait rapidement le sujet de la discussion (liberté d'expression) pour parler d'un autre sujet (critique de Radio-Canada). Les modérateurs ne comprenaient pas non plus l'affirmation selon laquelle Radio-Canada était le diffuseur officiel d'Air Canada. Normalement, ils ne publient pas les commentaires qu'ils ne comprennent pas.

Les modérateurs m'ont fait savoir qu'ils étaient mal à l'aise face aux allégations de Pierre Bouchard sur l'éthique des journalistes de Radio-Canada et sur les relations possibles entre Radio-Canada et une entreprise, Air Canada. Ils ont donc mis le courriel de côté, afin de consulter leur supérieure là-dessus, ce qui est la façon de faire. Or, M. Bouchard a porté plainte à l'ombudsman avant que cette étape soit franchie.

Les modérateurs doivent traiter ces commentaires exactement comme les autres afin de ne pas donner l'impression que le diffuseur public se protège contre la critique. Pierre Bouchard prétend qu'il n'y a pas de liberté d'expression à Radio-Canada. Son propos traite par conséquent du thème général dont il est question dans la chronique d'Alain Gravel. La phrase de l'internaute sur Air Canada est maladroitement formulée, mais elle semble faire référence aux bulletins de nouvelles de CBC/Radio-Canada que l'on peut visionner en avion. Les bulletins de TVA ne sont pas disponibles en vol. La diffusion de bulletins en circuit fermé indique qu'il existe une relation d'affaires entre Air Canada et Radio-Canada.

Je tiens à souligner que je n'ai repéré aucune censure systémique des messages dénonçant Radio-Canada. D'ailleurs, on peut lire cette critique très directe d'un internaute à la suite du carnet d'Alain Gravel :

« Vous avez tout à fait raison M. Gravel quand vous parlez que nous avons perdu notre liberté d'expression. Spécialement sur les sections « Commentaire » de Radio-Canada. Régulièrement, mes commentaires se font retrancher. Pourtant, j'en lis qui sont, d'après moi, beaucoup plus incisifs, plus haineux que les miens. Mais je vous avoue que lorsqu'on s'attaque principalement à une minorité religieuse très contestée mais très puissante (lire généreuse à l'égard des coffres des partis politiques), on ne fait pas long feu. La censure, ce n'est pas le « comment » mais le « qui » qui est géré. »

Conclusion

Le commentaire de l'internaute Pierre Bouchard, bien qu'inexact à plusieurs égards, respecte la nétiquette. Il devrait donc être publié par Radio-Canada.ca.

______________________

Version PDF de la révision.

Pour me joindre : ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc