Un biais cognitif qui rend le « faux équilibre » dans l'information des médias encore plus trompeur

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Le « faux équilibre, de l’anglais false balance, désigne la distorsion de l’impartialité journalistique par l’égalité absolue des points de vue et opinions sur les sujets d’actualité lorsqu’on ne tient pas compte de leur poids, de leur pertinence ou de leur valeur. Comment la psychologie expérimentale peut aider à rendre l’impartialité journalistique encore plus impartiale. Tiré du magazine en ligne Psychomédia.

Une norme journalistique d'impartialité consiste à présenter les opinions opposées lors de la couverture de sujets politiques, scientifiques ou autres.

Des critiques font valoir que, ce faisant, les journalistes produisent trop souvent un « faux équilibre » créant une impression de désaccord quand il y a, en fait, un niveau élevé de consensus sur des questions scientifiques, comme le changement climatique par exemple.

Une solution, adoptée par des organes de presse tels que la BBC et NPR, est de rapporter le « poids de l'évidence », c'est-à-dire d'indiquer la proportion d'experts qui partagent chaque opinion.

La suite de cet article de Psychomédia au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc