«Secrets d'Etat», prison, liberté de la presse... 10 choses à savoir sur la dissidente chinoise Gao Yu

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Enfin libérée «pour raisons médicales», cette journaliste est une figure de la lutte pour les libertés fondamentales en Chine. Un article tiré du magazine français L’Obs.

Par Ursula Gauthier

La journaliste dissidente Gao Yu est presque libre. Un tribunal a réduit sa peine de sept à cinq ans de détention et l'a autorisée à sortir de prison. Libérée "pour raisons médicales", elle reste assignée à résidence.

Âgée de 71 ans, Gao Yu purge sa troisième peine de prison depuis 1989. Qui est cette figure chinoise de la lutte pour la liberté de la presse ?

1 Libération

Le 26 novembre, la célèbre journaliste chinoise Gao Yu, condamnée le 3 avril dernier à sept ans de prison pour avoir "révélé des secrets d’Etat", a été libérée après 16 mois de détention, officiellement "pour raisons médicales".

LIRE Xi Jinping, grand maître de la Chine

Pourquoi avoir relâché cette opposante au franc-parler mordant ? Selon les militants des droits de l’homme, ce sont les pressions considérables exercées par la communauté internationale qui ont contraint les autorités chinoises à manifester un peu d’humanité.

2 Symbole

A 71 ans, Gao Yu est une figure de la lutte pour la liberté de la presse. En 1995, elle reçoit le prix du courage en journalisme de la Fondation internationale des Femmes de Média (IWMF) et la plume d’or de la liberté de l’Association mondiale des Journaux.

En 1999, alors qu’elle croupit – pour la seconde fois – en prison, elle sera la première récipiendaire du prix de la liberté de la presse décerné par l’Unesco.

La suite de cet article de L’Obs au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc