« Nous devons faire de la liberté de la presse un combat de notre génération »

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Démocratie et liberté de presse sont indissociables. Point de vue d’un journaliste africain. Tiré du quotidien français Le Monde.

Notre chroniqueur Hamidou Anne appelle la jeunesse et l’élite intellectuelle africaines à devenir des sentinelles qui ne se contentent pas « de miettes démocratiques ».

La mort du journaliste guinéen El-Hadj Mohamed Diallo, vendredi 5 février, tué au siège de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), le parti d’opposition à Conakry, au-delà d’une tragédie personnelle, nous alerte une nouvelle fois sur la protection des journalistes. Il est urgent, pour notre génération, d’ouvrir le débat sur le rôle de la presse, sa fragilité et son impérative nécessité dans la construction de démocraties solides et viables à l’aune des récents bouleversements politiques et sociaux en Afrique.

Lire aussi : Les envoyés spéciaux du « Monde » au Burundi ont été libérés

Récemment, les envoyés spéciaux du Monde, le journaliste Jean-Philippe Rémy et reporter photo Phil Moore, ont été arrêtés au Burundi, et leur matériel confisqué avant d’être libérés. Cette tentative d’intimidation du régime de Pierre Nkurunziza est caractéristique d’une stratégie vieille et limpide. Les gouvernants ne veulent pas de témoins de leurs forfaitures. Le président burundais et tous ses semblables – car, hélas, demeurent en Afrique, au pouvoir et en dehors, de nombreux Pierre Nkurunziza en puissance – ne veulent pas qu’on témoigne des horreurs qu’ils commettent. Ils veulent réprimer à l’abri des regards.

Etats et oligarchies, même conservatisme

Car si le plus grand ennemi des autoritarismes, c’est la résistance d’un peuple debout, celui des pseudo-démocraties plus ou moins ouvertes demeure l’opinion et son pouvoir d’indignation, d’alerte, de témoignage et de jugement implacable.

La suite de cet article du Monde au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc