L’impact des médias sur les décisions de justice

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Chaque fois qu’un reportage sur un fait divers criminel est diffusé en France dans les journaux télévisés, la durée des peines prononcées le lendemain par les cours d’assises augmenterait de 24 jours. Un article de l’Express sur une analyse de l’Institut des Politiques publiques de France.

par Renaud Revel

Les médias pèsent-ils sur la justice ? Les journaux télés influencent-ils l’appareil judicaire ? Modifient-ils les décisions des tribunaux ? L’institut des politiques publiques a réalisé une étude extrêmement éclairante sur la question, qui témoigne de l’impact du petit écran sur l’institution judicaire. Extraits.

L’analyse croisée des condamnations pénales et du contenu des journaux télévisés français (20h de TF1 et France2) met en évidence l’influence du contexte médiatique sur les décisions de justice. Nous trouvons que, dans les cours d’assises, les peines sont plus élevées au lendemain de reportages consacrés aux faits divers criminels, et, à l’inverse, plus courtes après ceux traitants d’erreurs judiciaires.

Cet effet n’est pas dû aux évolutions réelles de la criminalité, mais à une réaction à l’actualité médiatique. Il s’agit d’une influence de très court terme–seuls les reportages diffusés la vieille importent –et d’autant plus forte que l’audience
télévisée était élevée. Par ailleurs, seules les informations concernant la justice affectent les peines.

La suite de cet article de l’Express et l’étude en question en format pdf au bout de ces liens.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc