Japon : Des animateurs critiques du gouvernement perdent leur emploi

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré de la lettre hebdomadaire de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ).

Au Japon, trois animateurs de nouvelles télévisées connus ont été renvoyés pour avoir critiqué le gouvernement dans leurs émissions. Ces mises à pied surviennent à un moment où la liberté de presse se dégrade au pays. Le gouvernement affirme ouvertement que les médias qui ne couvrent pas la vie politique de façon «juste» pourraient se voir retirer des ondes.

Le ministre des Affaires internes et des Communications, Sanae Takaichi, a déclaré que les diffuseurs pourraient être forcés de suspendre leurs opérations s’ils continuaient de transmettre des émissions qui ne sont pas politiquement neutres, selon le Japan Times.

Le dernier renvoi en liste est celui de l’animatrice Hiroko Kuniya qui animait une émission d’affaires publiques depuis 23 ans pour le diffuseur public NHK. La populaire journaliste était reconnue pour ses questions difficiles.

Cette mise à pied s’ajoute à celle d’Ichiro Furutachi, animateur d’Hodo Station, une émission de nouvelles du soir très écoutée sur TV Asahi, et celle de Shigetada Kishii du réseau TBS.

Le Japon est passé du 11e rang au 61e dans le classement de la liberté de presse de Reporters sans frontières depuis 2010.

Pour plus d’information :

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc