« Humiliée » et « ridiculisée », Lise Thibault veut convaincre la Cour d'appel d'alléger sa peine

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré de ICI.Radio-Canada.ca.

L'avocat de Lise Thibault tente vendredi de persuader la Cour d'appel que l'ex-lieutenante-gouverneure mérite une peine plus clémente, notamment parce qu'elle a été « humiliée » et « ridiculisée » dans les médias.

Un texte de Yannick BergeronTwitterCourriel

Dans son plan d'argumentation, Me Marc Labelle convient que l'on pouvait s'attendre à une couverture importante de la cause en raison de la position qu'occupait sa cliente.

« On ne peut ignorer qu'en l'espèce, ladite couverture a été nettement exagérée, biaisée », dénonce par contre l'avocat dans son exposé écrit et obtenu par Radio-Canada.

Le juge Carol St-Cyr a refusé de considérer comme un facteur atténuant la forte médiatisation de cette cause avant d'imposer 18 mois de prison ferme à Lise Thibault pour ses fraudes.

La défense considère la durée de la peine adéquate, mais demande à la Cour d'appel d'intervenir pour que Lise Thibault, âgée de 76 ans, puisse la purger dans la collectivité.

« Lorsque la couverture médiatique franchit un tel seuil, le Tribunal devrait mitiger la peine. Surtout lorsque le constat est que le traitement de l'affaire a eu pour effet de déshonorer et écraser le citoyen accusé », peut-on lire dans l'exposé de la défense.

L'avocat de Lise Thibault reproche aussi au juge St-Cyr d'avoir ignoré un fait important en écartant la peine dans la société.

« Ce qui a déclenché les évènements de la présente affaire est que l'intimée-accusée était la première lieutenante-gouverneure à ne pas avoir de résidence permanente », laisse entendre l'avocat de Lise Thibault.

La défense reproche aussi au juge d'avoir rejeté la peine à domicile puisque Lise Thibault vivait déjà recluse et qu'une telle peine n'aurait pas eu d'impact sur elle.

« Suivre ce raisonnement équivaudrait à dire qu'une personne âgée ne peut bénéficier du régime de l'emprisonnement avec sursis », plaide la défense.

Au surplus, Me Label soutient qu'en raison de son handicap et de son état de santé fragile, Lise Thibault aurait dû bénéficier d'une peine dans la communauté.

À lire aussi : Lise Thibault libérée en attendant l'audience en Cour d'appel

4 ans réclamés

La poursuite réclame également l'intervention de la Cour d'appel, mais pour une tout autre raison. Le procureur de la Couronne, Me Marcel Guimont, qui avait proposé une peine de quatre ans, croit que le juge St-Cyr n'a pas été assez sévère.

Le juge a écarté une peine de plus de deux ans en indiquant que Lise Thibault n'avait pas mis sur pied un système frauduleux sophistiqué.

La Couronne souligne qu'elle n'avait pas à le faire « en raison de son statut et en raison de ses fausses certifications, vu la confiance qu'on lui accordait ».

En raison des remords « mitigés » de Lise Thibault et de son « obligation d'honnêteté exemplaire », l'avocat de la poursuite estime que l'ex-lieutenante-gouverneure mérite quatre années de prison.

La Couronne demande donc à la Cour d'appel d'imposer cette peine « au nom de l'exemplarité, de la dissuasion générale et du respect de nos institutions gouvernementales et de leur crédibilité ».

Les deux parties ont 30 minutes chacune pour faire valoir leurs arguments.

Lise Thibault n'a pas à se présenter à la Cour d'appel pour l'audience.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc