Cryptage : Radio-Canada lance une plateforme sécurisée pour les lanceurs d’alertes

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré de la lettre hebdomadaire de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec(FPJQ).

Radio-Canada sécurise ses communications pour permettre aux sources d’entrer en contact avec les journalistes et de leur transmettre des données sensibles, et ce, de façon anonyme. Radio-Canada est le premier média francophone au Canada à se doter d’un tel outil. Nommée Source anonyme, la plateforme est en ligne depuis mercredi.

Son lancement coïncide avec la 200e émission d’Enquête. L’outil sera d’ailleurs accessible sur le site de l’émission.

Le Globe and Mail offre lui aussi un tel service depuis mars 2015.

Le recours aux communications sécurisées s’amplifie depuis les révélations d’Edward Snowden, l’ancien consultant de la National Security Agency (NSA), aux États-Unis, sur la surveillance de masse sur Internet.

À Radio-Canada, c’est la chroniqueuse Catherine Mathys qui a développé l’idée dans le cadre de l’Accélérateur d’idée, un concours mis en place l’an dernier pour que les employés soumettent des projets innovants.

« Je trouvais que dans une ère post-Snowden […] ça devenait important pour un média national, crédible, sérieux, de se doter d’une plateforme comme celle-là pour protéger ses sources », a dit Catherine Mathys à Radio-Canada.

L’interface web de la plateforme de Radio-Canada utilise l’outil Secure Drop et le navigateur Tor.

La plateforme SecureDrop est aussi utilisée par le Globe and Mail, The Guardian, The New Yorker, le site d’enquête ProPublica et le Washington Post.

Pour plus d’information :

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc