Sexisme au quotidien, un travail d’Équipe

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Acrimed (action – critique – médias), un observatoire français des médias, se penche sur le sexisme dans le journalisme sportif en examinant en particulier le travail du quotidien L’Équipe.

par Olivier Le Roux

À l’heure où les discours sur l’égalité homme-femme dans le sport se multiplient, il n’est pas inutile d’analyser ce qu’il en est dans L’Équipe, principal (et seul) quotidien de sport hexagonal. Le journal privilégiant les sports les plus en vue (ceux qui ont le plus de licenciés, d’audience, d’investisseurs, etc.) – sports essentiellement pratiqués par des hommes – il est peu surprenant de voir se refléter, sinon se renforcer, ce tropisme masculin dans ses pages.


Sans prétendre fournir une enquête systématique et approfondie ni viser une quelconque exhaustivité, nous nous sommes penchés, à titre expérimental, sur l’édition du jeudi 16 avril 2015 dont se dégage au moins une tendance lourde : s’il espère contrecarrer la domination masculine à l’œuvre, beaucoup reste à faire pour le journalisme sportif.

Une question d’images

Parlons de l’image d’abord. Dans la presse sportive, inutile de dire qu’elle occupe une place prépondérante. Examinons pour commencer les photos à la une : quatre photos au total (une grande et trois petites) qui représentent toutes des hommes. Où sont les femmes ?

La suite de cette analyse sur le site d’Acrimed au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc