Pourquoi Radio-Canada a diffusé les caricatures de Charlie Hebdo

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré du site web de Radio-Canada

L'attentat contre le personnel du magazine Charlie Hebdo à Paris a déclenché un débat passionné dans les salles de rédaction du monde entier sur la publication des caricatures de l'hebdomadaire satirique concernant l'islam.

Une mise au point de Michel Cormier, directeur général de l'Information

Ici, comme ailleurs, bien des médias en sont venus à des conclusions différentes. Le dilemme est bien réel. Est-ce qu'en publiant les caricatures en question, nous contribuons à propager des images offensantes pour une partie de la population? Bien des musulmans, en effet, considèrent la représentation de Mahomet comme étant blasphématoire. En revanche, en ne publiant pas ces images pour des raisons de sensibilité et de respect, nous trouvons-nous à succomber aux pressions de ceux qui voudraient brimer la liberté d'expression des journalistes?

À Radio-Canada, nous avons adopté une approche nuancée. Dans une note que j'ai envoyée au personnel en mi-journée de l'attentat, j'expliquais ainsi ma décision de permettre la publication des caricatures, mais dans le but d'informer notre public de l'objet du litige qu'elles constituaient : « [...] nous allons en permettre la diffusion, mais pas en boucle, seulement lorsque l'on discute des caricatures ou que l'on explique en quoi elles sont controversées ». J'ajoutais la phrase suivante : « Il est important également de rappeler que bien des musulmans considèrent comme un outrage la représentation du prophète [...] ».

Notre décision de diffuser les images des caricatures ne constituait pas, comme pour certains médias, un geste de solidarité envers Charlie Hebdo ou une affirmation de notre liberté d'expression. Elle visait à permettre à notre public de se faire une idée indépendante de leur contenu. Même si, comme diffuseur public d'un pays démocratique, nous adhérons à la liberté de presse et d'expression, notre décision de diffuser les caricatures de Charlie Hebdo ne signifie pas que nous en endossons les contenus. Cette nuance est importante. Il est important de montrer ces caricatures parce qu'elles constituent un fait important des événements que nous couvrons.

Nous avons décidé d'afficher clairement notre appui à la liberté de presse et notre solidarité envers les journalistes assassinés autrement, en mettant en ligne une photo d'une centaine de nos artisans qui tiennent une pancarte sur laquelle il est inscrit : Je suis Charlie. C'est un geste qui s'est produit spontanément dans bien des salles de rédaction partout dans le monde.

Certains ont remarqué que la CBC a adopté une approche différente de la nôtre. Dans une note au personnel, la directrice générale de l'information, Jennifer McGuire, n'a pas interdit la diffusion de toutes les caricatures qui concernaient l'islam, seulement celles qui faisaient référence au prophète Mahomet. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que nous adoptons des approches différentes sur des caricatures qui critiquent l'islam. En 2006, lorsqu'un journal danois avait publié des caricatures de ce genre et que cela avait provoqué une vague de protestations dans le monde musulman, nous avions, à Radio-Canada, décidé de montrer certaines de ces caricatures alors que la CBC avait décidé de n'en montrer aucune. Encore là, pour nous, il s'agissait d'en expliquer le sens.

Ces approches différentes à une question éminemment complexe ne représentent pas à mon avis un différend fondamental sur une question de principe journalistique, mais traduisent plutôt un éventail de sensibilités qui se manifeste aussi dans l'ensemble des médias du pays et du monde. Même des journaux aussi prestigieux que le Washington Post et le New York Times ont adopté des positions diamétralement opposées sur la publication des caricatures.

Contrairement à ce qu'on a pu lire, il n'y a eu aucune hésitation de notre part. Il était clair, à partir du moment où il était établi que les motivations des terroristes étaient de venger le prophète, qu'il fallait montrer les caricatures qui avaient provoqué leur geste. Il en allait de même que pour la publication du numéro de Charlie Hebdo qui a suivi l'attentat.

Dans tout ce débat, il est important de respecter les choix de chacun. La liberté de presse, c'est aussi le choix de ne pas publier. Imaginons pour un instant les débats qui ont lieu dans les salles de rédaction du monde musulman au sujet de ces caricatures. Le sujet est loin d'être clos. Déjà, les mesures prises par plusieurs pays pour contenir la menace islamiste soulèvent de nouvelles questions quant aux libertés fondamentales. Comme diffuseur public, la meilleure façon de nous assurer que la démocratie est bien servie et que le citoyen s'y retrouve dans ces débats est de donner le plus de contexte possible et de diffuser un large éventail d'opinions et de perspectives sur ces événements et sur les questions qu'ils soulèvent.

Michel Cormier

Directeur général de l'Information, Radio-Canada

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc