Liberté de la presse: l'Égypte adopte une loi controversée

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Un bel exemple de la manière dont le totalitarisme s’accomode de la lutte au terrorisme pour attaquer la liberté de presse. Un article de l’AFP tiré du quotidien La Presse.

Agence France-Presse

Le Caire

Le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi a ratifié dimanche une loi antiterroriste qui prévoit une amende très lourde pour les journalistes qui rapporteraient des informations contredisant les communiqués officiels en cas d'attentats.

Au lendemain de l'assassinat le 29 juin du procureur général Hicham Barakat dans un attentat spectaculaire, toujours non revendiqué, M. Sissi avait promis une législation plus dure «pour lutter contre le terrorisme».

Cet attentat avait été suivi le 1er juillet par une série d'attaques djihadistes de grande ampleur contre des militaires dans la péninsule du Sinaï et l'armée avait été ulcérée par la couverture médiatique de ces attaques.

Elle avait fait état de 21 soldats tués dans ces violences, mais les médias avaient publié des bilans bien plus lourds, citant des responsables de la sécurité.

La loi controversée, publiée au journal officiel, instaure une amende pouvant aller de 200 000 à 500 000 livres égyptiennes (entre 33 000 et 84 000 $) pour toute personne diffusant ou publiant de «fausses» informations sur des attentats ou des opérations contre des combattants islamistes.

La suite de cet article sur le site web de La Presse au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc