Liberté d'expression sur Internet : la France sous surveillance

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

La liberté d’expression sur internet recule partout sur la planète, y compris en France et de manière notable. Et c’était avant les attentats récents à Paris. Contrecoup de l’attentat contre Charlie Hebdo ? Tiré du site web de Télérama.

Selon le rapport annuel "Freedom on the Net", la France est l'un des pays où la liberté d'expression sur le numérique a le plus reculé.

Cette fois-ci, nous y sommes. La loi sur le renseignement, adoptée en France en juin après les attentats de janvier, provoque bien un recul de la liberté d'expression sur le Web. Le constat est dressé par l'ONG américaine Freedom House, qui dans son rapport annuel balaye le "degré de liberté numérique" dans 65 pays.

Premier enseignement : la France fait toujours partie des 18 pays qualifiés par l'ONG de "libres" en matière d'expression numérique. On en attendait pas moins. Deuxième enseignement, plus douloureux : la France fait en revanche partie des pays où cette même liberté s'est nettement dégradée depuis un an, au même titre que... la Libye et l'Ukraine. Là, c'est la mauvaise surprise.

Dans son rapport 2015, Freedom House estime que la dégradation de la situation en France provient "principalement des mesures politiques adoptées dans la foulée des attentats de Charlie Hebdo, avec à la clef des restrictions sur certains contenus (...) et une augmentation considérable du degré de surveillance". Dans ce domaine, selon les notes attribuées par l'ONG, la France fait désormais pire que les Etats-Unis en matière de censure et de violation des droits.

La suite de ce dossier sur le site de Télérama au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc