LES JOURNALISTES ENVIRONNEMENTAUX EN CLIMAT HOSTILE

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

À l’occasion de la COP-21 à Paris, Reporters sans frontières (RSF) publie un rapport intitulé Climat hostile contre les journalistes environnementaux, dans lequel l’organisation révèle les difficultés parfois tragiques des journalistes en charge des questions d’environnement. Tiré du site web de RSF.

Alors que la question de l’environnement s’impose de plus en plus comme un enjeu majeur, Reporters sans frontières (RSF) appelle à prêter une attention particulière aux journalistes qui couvrent à leurs risques et périls ces sujets souvent sensibles. Dans son rapport Climat hostile contre les journalistes environnementaux, publié le 26 novembre, l’organisation constate que la situation de ces journalistes spécialistes empire chaque année, confrontés à de multiples pressions, menaces et violences.

“Avant 2015, jamais un tel niveau de violence à l’encontre de ces femmes et ces hommes qui enquêtent souvent seuls sur des terrains reculés n’avait été atteint, déclare Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. A l’heure de la COP21, il est urgent de rappeler que l’environnement est un sujet hautement sensible qui vaut trop souvent de sérieux ennuis à ceux qui lèvent le voile sur les pollutions et autres dégradations en tout genre dans le monde. Pourtant ce méticuleux et dangereux travail de collecte et de diffusion de l’information est la condition sine qua non d’un sursaut général contre les dangers qui menacent notre planète."

Depuis 2010, dix d’entre eux ont été assassinés, selon les chiffres établis par RSF. Au cours des cinq dernières années, la quasi-totalité des homicides de journalistes environnementaux (90%) se concentrent en Asie du Sud (Inde) et Asie du Sud-Est (Cambodge, Philippines, Indonésie). En 2015, deux reporters indiens Jagendra Singh et Sandeep Kothari ont été tués, brûlés.

La suite de ce texte sur le site web de Reporters sans frontières au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc