Le pouvoir chinois accuse un journaliste d’avoir causé le chaos sur les marchés boursiers

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Il y a des endroits dans le monde où les scoops peuvent coûter cher à un journaliste. Tiré du quotidien français Le Monde.

Le Monde.fr avec AFP

Un journaliste économique a « avoué » avoir provoqué « la panique et le désordre » sur les marchés boursiers chinois et infligé des « pertes énormes au pays », ont rapporté les médias d’Etat chinois, dimanche 30 août.

Wang Xiaolu, un journaliste du magazine Caijing, a été mis en détention après la récente tempête boursière chinoise, pour diffusion de fausses nouvelles sur les titres et les marchés à terme, selon l’agence officielle Chine nouvelle.

Le magazine défend son journaliste

M. Wang, dans un article publié en juillet, affirmait que l’autorité de réglementation des valeurs mobilières étudiait la possibilité d’une sortie des fonds publics du marché. La commission de régulation des marchés financiers chinoise (CSRC) avait rapidement démenti les écrits du journaliste, les qualifiant d’« irresponsables ».

Selon l’agence, le journaliste a « avoué » que ses « fausses informations » avaient « provoqué la panique et le désordre à la Bourse, sérieusement sapé la confiance dans les marchés et infligé d’énormes pertes au pays et aux investisseurs ». Mais le magazine Caijing a, dans un communiqué posté sur son site Internet, affirmé qu’il « défend[ait] le droit des journalistes à faire leur devoir conformément à la loi. »

La suite de cet article sur le site web du Monde au bout de ce lien.


Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc