Le meilleur et le pire du journalisme américain en 2015

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré de la lettre hebdomadaire de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ).

Le Columbia Journalism Review (CJR) publie son palmarès des histoires qui ont marqué l’univers médiatique américain en 2015.

La photo du petit Aylan Kurdi, retrouvé mort sur une plage de Turquie, est en tête du palmarès. L’image a fait le tour du monde et a eu un impact international. Elle a éveillé les consciences sur le sort des réfugiés syriens, selon le CJR.

Le portrait du New York Magazine de 35 des victimes présumées de Bill Cosby fait aussi partie de la liste des dossiers les plus percutants.

Parmi la liste des pires coups, la suspension de Brian Williams est la première nouvelle évoquée. Le chef d’antenne du réseau NBC a été suspendu en février dernier pour une période six mois sans salaire parce qu’il avait faussé des reportages.

La rapidité de la couverture et l’instantanéité d’évènements, notamment des tueries et des cas de brutalité policière ont laissé place à de nombreuses erreurs de faits, souligne le CJR. Parmi elles: la mauvaise identification des suspects, la mauvaise description des lieux, ou la reprise trop rapide d’une version erronée de l’histoire, entre autres.

Pour plus d’information :

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc