Le «Globe and Mail» adopte l’enveloppe brune électronique

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Protéger les sources journalistiques et prendre les moyens technos pour le faire. Tiré du site web du quotidien Le Devoir.

Action, réaction. The Globe and Mail devient le premier média canadien à offrir une plateforme de communication numérique sécurisée aux sonneurs d’alerte qui voudraient lui transmettre des informations secrètes. Cette mesure veut contourner l’espionnage généralisé des communications par les gouvernements.

Le quotidien de Toronto a annoncé son intention jeudi. La mécanique mise en place utilise la « boîte » électronique SecureDrop.

« Les fortes entreprises de presse dépendent de partenaires courageux, souvent secrets, pour faire circuler l’information, a expliqué David Walmsley, rédacteur en chef du journal.SecureDrop est l’équivalent, en ce début du XXIe siècle, de l’enveloppe brune : la plateforme garantit la confidentialité quand il faut diffuser du matériel dans l’intérêt du public et qu’il n’existe pas d’autres moyens d’y arriver. »

La suite de cet article sur le site web du Devoir au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc