La liberté de la presse japonaise attaquée

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Même dans les pays démocratiques, le pouvoir ne s’empêche pas de mettre la pression sur les médias qui sont trop critiques de ses politiques. Tiré du magazine web Japon infos.

Par Daï Kaho

Un conseiller du Parti Libéral Démocrate (PLD) et proche de Shinzô Abe, Naoki Hyakuta, a déclaré qu’il fallait fermer les deux principaux journaux d’Okinawa pour leur opposition aux choix du gouvernement.

Naoki Hyakuta a déclaré jeudi 25 juin lors d’une réunion avec les jeunes membres du PLD : « Le Okinawa Times et le Ryûkyû Shimpô doivent être fermés à tout prix». M. Hyakuta a ajouté qu’il faut « punir » les journaux opposés à la politique du parti en réduisant leurs revenus publicitaires en mettant la pression sur leurs sponsors. Les deux journaux d’Okinawa sont en effet très critiques face à la volonté du gouvernement Abe concernant la relocalisation de la base de Futenma à Henoko.

Naoki Hyakuta, en plus d’être un proche du Premier Ministre Shinzô Abe, est également un romancier connu au Japon…

La suite de cet article de Japon infos au bout de ce lien.

Voir aussi La presse japonaise défend sa liberté sur hebdo.ch.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc