L'universel et le juste, que penser en 2015 ?

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Éthique, morale, justice et loi… Y a-t-il une bonté intrinsèque pour nous guider vers le bien. Retour et relecture de Kant, philosophe de la « volonté bonne. » Tiré du site web de René Villemure, éthicien.

C’est en 1785, dans La métaphysique des mœurs, qu’Emmanuel Kant énonçait pour la première fois son impératif catégorique. Dans ses travaux, Kant s’interrogeait sur ce que pourrait être une loi déterminée par une « volonté bonne ». Un peu à la manière de ce que l’on appelle aujourd’hui une « bonne intention », une réelle « bonne intention ». Non pas cependant une de ces intentions qui ne soit énoncée que pour bien paraître. Une de ces « bonnes intentions » qui soit suffisamment forte et qui devienne le moteur de l’action.

Selon Kant, un tel impératif ne devait être motivé par aucun intérêt personnel. Il ne devait être mu que par l’intérêt collectif, par le bien de tous. De là son désir que la maxime ou la loi devienne universelle. Étant donné que les individus devaient être considérés comme égaux entre eux, il devait aussi être possible d’appliquer cette même loi à tous et en tout temps. À ce titre, on peut qualifier Kant de précurseur de ce qui allait au fil du temps devenir la science juridique et la déontologie. Pour Kant, la conformité à la loi était le critère ultime de justice.

Dans un monde en mutation, dans un monde où les croyances et les droits des uns se heurtent aux croyances et aux droits des autres, une telle maxime est-elle encore possible de nos jours? Est-elle encore souhaitable ou viable? Une telle maxime pourrait-elle être devenue au fil du temps un motif de ne pas agir sous prétexte que la solution n’est pas universalisable?

Bien que fort dérangeantes, ces questions sont pertinentes et bien actuelles.

La suite de cette réflexion de l’éthicien René Villemure sur ethique.net au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc