INSULTES EN DIRECT AUX JOURNALISTES MacKay estime que c’est peut-être criminel

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Les insultes misogynes aux femmes journalistes relèvent-elles du droit criminel ? C’est ce que croit le ministre canadien de la Justice. Tiré du quotidien Le Devoir.

Par Hélène Buzetti, correspondante parlementaire à Ottawa

Le ministre canadien de la Justice, Peter MacKay, estime que les gens qui s’amusent à proférer des insultes lorsqu’une journaliste parle en direct à la télévision devraient peut-être faire l’objet d’accusations au criminel. Ces vulgarités, soutient-il, n’amusent personne et doivent cesser.

« C’est un langage insultant, menaçant et dénigrant qui, dans certains cas, pourrait faire l’objet de plaintes à la police », a indiqué M. MacKay, en prenant soin de préciser que le ministre de la Justice ne dicte pas le dépôt d’accusations. « Ce n’est pas drôle et je crois qu’aucune mère, aucune femme ou aucun Canadien ne pense que c’est drôle d’utiliser ce genre de langage. […] Que vous soyez dans un stade, sur un terrain de soccer, à la Chambre des communes ou dans une mêlée de presse, ce n’est pas acceptable de se comporter ainsi et cela devrait être désapprouvé, soit par le dépôt d’accusations criminelles [ou par la dénonciation] ».

La suite de cet article du Devoir au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc