Est-ce que les médias sont tenus à une obligation de vérité ?

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

La réponse est évidente, croyez-vous ? Pas tant que ça. Tiré du blogue de Pierre Trudel, avocat spécialisé dans les médias, sur le site web du Journal de Montréal.

La question est souvent posée.

Si certains sont tentés de répondre qu’il est évident qu’ils sont tenus à la vérité, force est de constater que les lois n’imposent pas aux médias une obligation absolue de vérité.

La liberté d’expression et de la presse telle que garantie par la Charte canadienne des droits et libertés et la Charte québécoise des droits et libertés s’oppose à ce que la loi impose un devoir de vérité à ceux qui s’expriment.

Lorsqu’elle a été appelée à déterminer si une loi pouvait punir la diffusion de « fausses nouvelles » portant atteinte à l’intérêt public, une disposition figurant dans le Code criminel depuis des temps immémoriaux, était compatible avec la liberté d'expression, la Cour suprême du Canada a souligné la difficulté d’imposer par la loi une obligation de vérité…

La suite de ce blogue de Pierre Trudel dans le Journal de Montréal au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc