Élection fédérale et médias : Que fera le «chien de garde» de la démocratie ?

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Jean-Claude Leclerc, ancien éditorialiste du Devoir et prof de journalisme, se demande quand et comment les médias vont jouer leur rôle et dresser le bilan des formations politiques en lice, faire ressortir les enjeux au lieu de remplir les temps morts de la campagne électorale fédérale en cours. Une commentaire tiré du site web du quotidien Le Devoir.

Le financement des partis politiques par les seuls citoyens allait mettre fin, disait-on, à l’influence indue des puissances d’argent sur le gouvernement, tout comme une élection à date fixe supprimerait l’avantage injuste que donne au premier ministre le déclenchement d’un scrutin au moment de son choix. Or, si ces réformes visaient à réhabiliter la démocratie électorale, les conservateurs de Stephen Harper, clame l’opposition, auraient trouvé moyen de les tourner à leur avantage. Est-ce le cas ?

On ne tardera pas à le savoir. Mais déjà, semble-t-il, une longue campagne ne plairait guère à l’électorat. Leur caisse, il est vrai, donne aux conservateurs plus de munitions que n’en ont leurs adversaires. Par contre, libéraux et néodémocrates ne sont pas tenus d’épuiser la leur des semaines avant la date du 19 octobre. Au reste, les partis étant presque tous en campagne depuis des mois, un déluge de publicités en août risquerait de heurter l’électorat plutôt que de l’intéresser.

Entre-temps, les chèques aux familles et les subventions aux régions pleuvent en provenance du gouvernement, et les promesses se multiplient du côté des partis d’opposition, ce qui laisse peu de doute sur la piètre qualité de la campagne qui s’en vient. Or, si les médias ont le plus souvent couvert les empoignades électorales passées, rares étaient ceux qui ont fourni aux électeurs des informations crédibles sur l’état des affaires publiques et sur la compétence ou l’éthique des équipes en lice.

La suite de cet article sur le site web du Devoir au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc