Du journalisme mou

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

De tout, de rien, et du mélange des deux. Des réflexions sur le journalisme, sur son objectivité supposée et parfois souhaitée, du mélange de ses genres et d’autres choses. Sous la plume de Mickaël Bergeron, animateur radiophonique et journaliste pigiste. Tiré du site web de Voir.

Il y a quelques années, en lisant une biographie sur Henri Bourrassa (l’homme sur la photo à gauche), j’étais à la fois amusé et fasciné par la position du fondateur du Devoir. D’une part, il était député. D’autre part, non seulement il était le patron d’un journal, mais il écrivait des éditoriaux et donnait des commandes à ses journalistes. Ses combats devenaient ceux du Devoir.

Aujourd’hui, on ne verrait plus ça – non, Pierre-Karl, tu ne peux pas t’y référer pour ta propre situation. Plusieurs journaux à cette époque appartenaient à un parti politique, ou s’affichaient publiquement pour l’un ou l’autre. Vous me direz que Desmarais et La Presse ont une ligne claire, mais ils sont plus subtils que ce l’était à l’époque et la ligne éditoriale ne transparait pas dans la salle d’information. Normalement. Depuis, l’objectivité à l’américaine a pris le dessus dans les médias.

Si je suis d’accord avec ses grands principes, l’objectivité m’énerve en même temps. Le terrain glisse trop souvent. En fait, l’information surfe sur une dérape qui grossit de plus en plus.

Il y a des cas qui ne sont pas évidents. Par exemple, dans un conflit, trier ou juger de la valeur des arguments des différents camps peut-elle se faire objectivement? Même en étant témoin de l’événement, un conflit repose à la fois sur des faits et des impressions. Tu fais comment pour être objectif avec des impressions? Tu les mets toutes? Une tasse d’impressions négatives, une tasse d’un point de vue opposé, et hop! Un gâteau d’information!

La suite de ce billet sur Voir.ca au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc