Controverse au Toronto Star : Un journaliste dit avoir été censuré par ses patrons et démissionne

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tirée de la lettre hebdomadaire de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ).

Un journaliste émérite du Toronto Star a démissionné, le 7 juillet, stipulant que le quotidien l’aurait empêché de publier un sujet d’intérêt public. Paul Watson, seul Canadien à avoir remporté le prix Pulitzer, a déclaré sur son site personnel : «démissionner est la seule façon pour moi de poursuivre mon reportage, de compléter mon travail et d’assumer mes responsabilités de journaliste».

Le Toronto Star, plus grand quotidien au pays, a nié les affirmations du journaliste. Un porte-parole du journal, Bob Hepburn, a affirmé au Globe and Mail : «Il n’y a aucune vérité dans cette suggestion. Le Star n’a jamais empêché la publication d’un sujet d’intérêt public important et ne le fera jamais».

L’enquête en question concernait l’annonce du premier ministre, Stephen Harper, en septembre dernier, de la découverte d’un navire disparu en 1845 lors de l’expédition dans l’Arctique de l’explorateur John Franklin.

Certains chercheurs remettent en cause le rôle de la Société géographique royale du Canada, suggérant que la découverte ne s’est pas passée tel qu’annoncé. Selon M. Watson, le président-directeur général de la Société, John Geiger, aurait usé de son influence au Star.

« (…) Presque trois heures précisément après avoir envoyé une demande d’explication à John Geiger, au sujet d’accusations sérieuses, j’ai reçu un courriel de mon rédacteur en chef à Toronto » a-t-il dit au site d’enquête indépendant Canadaland.

Craignant de faire dérouter une enquête « de plusieurs mois », le journaliste n’a pas répondu immédiatement. Par la suite, il aurait reçu une demande formelle de mettre fin à son enquête.

Un éditeur du quotidien aurait envoyé un courriel à Paul Watson en mai pour lui demander d’arrêter d’enquêter sur John Geiger. « Je savais que j’avais une histoire quand on m’a ordonné de ne pas enquêter», a affirmé le journaliste au Globe and Mail.

Paul Watson s’est joint au Toronto Star en 1985, puis y est revenu après une décennie au Los Angeles times de 1998 à 2009. Depuis son retour au Star en 2009, il traitait en profondeur des questions liées à l’Arctique canadien. Paul Watson a couvert plusieurs conflits internationaux, dont ceux de la Somalie, du Kosovo et de l’Afghanistan. En 1994, il a obtenu le prix Pulitzer pour ses photographies montrant le cadavre d’un soldat américain traîné nu par des Somaliens.

Pour plus d’information :

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc