Ce qu’il reste de nous : De très durs jugements sur les médias québécois et de l’espoir en prime

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Dans De quels médias le Québec a-t-il besoin?, le livre qu’elle viennent de lancer, l’animatrice Marie-France Bazzo et la journaliste Nathalie Collard présentent une série d’entrevues avec des personnages qui posent un regard sévère sur la nature et la qualité des médias québécois. Stéphane Baillargeon, chroniqueur médias au Devoir a lu l’ouvrage.

Par Stéphane Baillargeon

Ça commence par un jugement impitoyable, d’une dureté brutale et farouche. Attention ! Journalistes fragiles et patrons de presse soupe au lait, ça va saigner…

« Je vais être extrêmement sévère, avertit Patrick Beauduin, ancien grand patron de la radio publique. Ce que je reproche à l’information d’ici, c’est sa fainéantise. J’ouvre La Presse et, si je n’ai pas un Foglia qui me permet de regarder Ebola sous un autre angle, je n’ai rien à lire. Strictement rien : tout ce qu’il y a là, je l’ai déjà lu et entendu. »

M. Beauduin nomme La Presse précisément, mais on comprend qu’il en a contre toute la classe médiatique « d’ici ». Par exemple en affirmant que Le Devoir a pris le bateau du numérique interactif avec 10 ans de retard.

« Si les gens de médias québécois doivent se poser une question sur leur avenir, c’est celle de la valeur ajoutée que, par leur travail, ils peuvent offrir à la société, dit-il. Et je leur en veux. Parce qu’à ce chapitre, il y a un manque flagrant de réflexion. »

Bing ! Bang ! Pouf ! Peu d’interviewés du nouveau livre De quels médias le Québec a-t-il besoin ? (Leméac) développent un point de vue aussi cinglant. N’empêche, les 13 autres pros des médias tapent eux aussi dans le vieux tas et souhaitent que la révolution en cours accouche de mieux.

La suite de cet article sur le site web du quotidien Le Devoir au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc