« Avec Lisbeth Salander, Millénium intègre le hacking au journalisme »

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

La fameuse trilogie du défunt journaliste et romancier suédois Stieg Larsson aura une suite posthume réalisée par un autre écrivain-journaliste. Quelques réflexions sur le journalisme d’enquête du 21ème siècle par Roselyne Ringoot, chercheure à l’Université de Renne, tiré de du site web du magazine L’Obs.

La chercheuse Roselyne Ringoot a étudié la fictionnalisation du journalisme dans Millénium. Déontologie, hacking, individualité: elle nous explique ce que la saga raconte sur le journalisme du XXIème siècle.

« Ce qui ne me tue pas », le quatrième tome de la saga à succès «Millénium», sort en librairies le 27 août prochain. Après le décès de Stieg Larsson, c'est David Lagercrantz, un journaliste suédois, qui a été chargé d'écrire la suite des aventures de Mikael Blomkvist et Lisbeth Salander. Un roman aussi attendu que controversé, qui sera publié dans 27 pays et se trouve tiré, en France, à 500.000 exemplaires.

Cela fait en tout cas une belle occasion de relire la trilogie d'origine en compagnie de Roselyne Ringoot. Chercheur en information-communication, elle a commencé à travailler sur«Millénium» à l’occasion d’un colloque sur «L’éthique et le journalisme» organisé par l'Université d’Ottawa (Canada). Elle a ensuite poursuivi ses travaux en étudiant la représentation du journalisme au sein de la trilogie suédoise dans un article,«Comment ''Millénium' fictionnalise le journalisme du XXIème siècle», paru en 2014 dans la revue «Mots. Les langages du politique». Elle nous livre ici son analyse.

  1. L'enquête comme contre-pouvoir

« Millénium » met en scène un idéal du journalisme: l’enquête comme genre de prédilection, la révélation à l’encontre des pouvoirs.

La suite de cet article sur le site web du magazine L’Obs au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc