Russie : trucs et astuces (sinistres) pour empêcher les journalistes de faire leur travail

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré du site web de Reporters Sans Frontières

Par Lucie Morillon, directrice de la recherche)

Arrestations...

Nikolaï Iarst est un reporter expérimenté. Il a été arrêté le 23 mai et inculpé pour « possession illégale de drogues ». Assigné à résidence et privé de tout contact avec ses amis et collègues pendant plus de six mois, il vient d'être remis en liberté surveillée mais risque toujours dix ans de prison. L’enquête menée contre lui a été marquée par de nombreuses incohérences et violations de procédure, dont l’accumulation semble difficilement compatible avec de la simple négligence.

Perquisitions...

Mestnaïa est un journal connu pour sa ligne éditoriale très critique des autorités locales. Pots de vin, embouteillages, coupures d’eau et d’électricité, corruption des établissements médicaux, problèmes écologiques et exploitation de la main d’œuvre dans le cadre de la préparation des Jeux olympiques... Il ne laisse rien passer. Le 7 juin 2013, les locaux de Mestnaïa ont été perquisitionnés dans le cadre d’une enquête ouverte pour « violation des droits d’auteur ». Tous les ordinateurs du journal ont été saisis. La police a ainsi eu accès aux bases de données de sources et de contacts stockées dans les ordinateurs, en violation patente du principe de la confidentialité des sources.

Procès permanents...

En Russie, les subventions accordées aux médias par les autorités locales donnent à ces dernières un droit de regard sur le contenu éditorial. Parce qu'il refuse d'entrer dans ce système, le journal indépendant de la région de Sotchi Novaïa Gazeta

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc