Mémoire de la FPJQ : Libérer l’information publique : un impératif pour lutter contre la corruption et la collusion

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré du site web de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec

Dans le cadre de la Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction (CEIC), la FPJQ a présenté un mémoire détaillant dix recommandations visant à préserver et à encourager la liberté de presse au Québec, dans le but de freiner la corruption et la collusion. Le document a été rendu public cette semaine.

Signé par le président et le vice-président de la FPJQ, Pierre Craig et Brian Myles, ce mémoire rappelle que les journalistes d’enquête ont largement contribué à faire la lumière sur le climat de corruption qui règne au Québec. Malgré des moyens limités, ils ont fait éclater au grand jour plusieurs des dossiers chauds analysés par la CEIC. Leur perspicacité a amorcé un débat récurrent sur l’éthique et l’intégrité dans le processus de l’octroi des contrats.

Une presse libre joue un rôle indispensable de chien de garde à l’égard des pouvoirs et des institutions. La libre circulation de l’information et la transparence sont essentielles pour lutter contre la corruption et à la collusion.

Le mémoire de la FPJQ au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc