Les journalistes du Globe n'écriront pas de publireportages

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré du site web du quotidien La Presse

Par Nathalie Collard

Les employés du Globe and Mail ont voté à 84% en faveur de l'entente proposée par la direction.

La grève avait été évitée de justesse, quelques minutes avant l'heure butoir imposée par le syndicat, qui avait rejeté les dernières offres patronales et obtenu un vote de grève majoritaire de la part de ses membres.

Les journalistes, employés de la publicité et de la distribution, tous membres du même syndicat, ont donc obtenu une augmentation salariale de 1%, 2% et 2% sur trois ans. Ce nouveau contrat de travail prend fin en juin 2017.

Parmi les gains les plus importants pour les journalistes: le retrait d'une clause qui les aurait obligés à écrire des publireportages, ce qu'on appelle dans le jargon de l'advertorial. «En refusant cette clause, nous avons protégé l'intégrité et la réputation des journalistes du Globe and Mail», a souligné leur représentante, Sue Andrew.

Un contexte difficile

La négociation qui s'achève a été suivie de près par tous les observateurs de l'industrie des médias au pays. Le contexte n'est pas facile pour les journaux. Hier, Postmedia, le plus grand groupe de presse au pays, a annoncé ses résultats pour le dernier trimestre: une baisse de 16,5% des revenus publicitaires pour l'imprimé et de 4,5% pour le numérique. Il n'est pas le seul à enregistrer des pertes. Torstar, qui possède le Toronto Star, le quotidien le plus lu au pays, affiche lui aussi des revenus à la baisse. Ses derniers résultats indiquaient une baisse de 6,6%. Dans ce contexte, les journalistes et autres employés de la presse écrite n'ont plus le gros bout du bâton à la table de négociations.

«Les journaux font encore de l'argent, note Jeffrey Dvorkin, directeur du programme de journalisme à l'Université de Toronto Scarborough, mais ils n'en font pas autant qu'avant, d'où l'insatisfaction des investisseurs qui exercent des pressions pour que les médias d'information trouvent de nouvelles sources de financement.»

C'est dans ce contexte qu'il faut inscrire la tendance au publireportage, selon lui. «C'est LA solution que les médias ont trouvée pour rentabiliser leurs opérations et les publicitaires l'adorent, observe-t-il. Or il faut se demander comment les médias d'information feront pour concilier leur recherche de profits avec leur mission auprès du public.»

Pour Paul Knox, professeur associé à l'École de journalisme Ryerson, le publireportage pose un sérieux problème. «Quand on emprunte le style et le ton d'une publication pour offrir un contenu publicitaire, c'est comme si on disait aux lecteurs: «Je sais que vous savez que je veux déguiser ma publicité.»

La suite de cet article de Nathalie Collard sur le site web de La Presse au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc