La Turquie bloque Youtube, les internautes s'organisent

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré du quotidien français Le Monde

ne semaine après avoir tenté de bloquer l'accès à Twitter depuis la Turquie, le gouvernement turc a ordonné, jeudi 27 mars, le blocage du site de partage de vidéos YouTube. La décision a été communiquée aux serveurs d'Internet et aux opérateurs GSM turcs, a précisé le quotidien Hürriyet sur son site.

Après le blocage de Twitter, ordonné le 20 mars, de nombreux internautes turcs avaient réussi à contourner l'interdiction de lire ou d'écrire des tweets dans leur pays. Le phénomène s'est répété jeudi grâce à des techniques similaires.

« Beaucoup de Turcs ont encore accès à Youtube, parce qu'ils utilisaient déjà des VPN pour contrer la censure de Twitter », postait par exemple jeudi 27 mars un journaliste d'Istanbul sur... Twitter.

Sur le réseau social et sur Youtube, les critiques contre les décisions du gouvernement ont continué jeudi, notamment pour se moquer du dernier discours d'Erdogan prononcé avec une voix haut perchée en raison de problèmes à la gorge, selon le Hürriyet. Conséquence, le mot clé #helyumlobisi (« le lobby de l'hélium ») était parmi les plus utilisés dans le pays.

En plus du blocage de Youtube, les autorités ont néanmoins décidé de bloquer l'accès en Turquie à la page de téléchargement de TOR, le réseau qui permet une navigation anonyme. L'information a été confirmée par l'Electronic Frontier Foundation, qui explique qu'il est toujours possible de télécharger TOR en Turquie malgré cette interdiction, grâce à des sites mirroirs.

Le 26 mars, un tribunal d'Ankara avait invalidé le blocage de Twitter, six jours après que l'Autorité des télécommunications (TIB) eut empêché l'accès au site sur décision du gouvernement.

Le blocage de YouTube a été décidé après qu'un enregistrement audio a été diffusé sur un compte anonyme du site de vidéo, jeudi matin. L'authenticité de ces vidéos (première partie, deuxième partie) n'a pas pu être confirmée.

Selon son diffuseur, et la retranscription anglaise apparue sur Dropbox, on y entend le chef du renseignement turc, Hakan Fidan, le ministre des affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, et un vice-chef des forces armées, Yasar Guler, discuter d'une éventuelle opération en Syrie contre le groupe rebelle appelé l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Dans la bande sonore, la voix attribuée à M. Fidan envisage d'envoyer « quatre hommes [en Syrie] pour lancer huit missiles dans un terrain vague » en Turquie, afin de justifier une riposte militaire turque.

L'opération aurait eu pour but de sécuriser les alentours de la tombe de Suleyman Shah, grand-père du fondateur de l'Empire ottoman, que la Turquie considère comme relevant de sa souveraineté. La Turquie avait menacé il y a deux semaines de réagir à une éventuelle attaque contre la tombe, après des combats ayant opposé EIIL à d'autres groupes rebelles de la région, à l'est d'Alep, près de la frontière turque.

La suite de cet article sur le site web du Monde.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc