La GRC veut saisir le matériel journalistique

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré de la lettre hebdomadaire de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) veut mettre la main sur les vidéos tournées par cinq médias lors d'une manifestation contre l'exploitation du gaz de schiste en octobre dernier au Nouveau-Brunswick. À cette occasion, six véhicules de la police avaient été incendiés. La saisie du matériel journalistique, plaide la GRC, l'aiderait à identifier les auteurs du méfait.

L'Association canadienne de journalistes (ACJ) déplore ces saisies auxquelles quelques médias ont choisi de ne pas s'opposer. Pour l'ACJ, ces perquisitions menacent la liberté de presse en affaiblissant la possibilité pour les journalistes de recueillir de l'information sans être perçus eux-mêmes comme des auxiliaires de la police.

Les saisies sont d'autant plus inacceptables que la police a tourné ses propres vidéos à cette occasion.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc