LA BBC DÉCLARE LA GUERRE À LA « FAUSSE SCIENCE »

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré du site internet du quotidien La Presse

Par Philippe Mercure

Les changements climatiques n’existent pas, les campagnes de vaccination sont dangereuses et votre téléphone cellulaire est en train de vous tuer à petit feu.

Il fut un temps où il était possible d’entendre ce genre d’opinions à la BBC. Des opinions scientifiques marginales, mais soutenues avec vigueur par certains chercheurs, et que le diffuseur britannique rapportait par souci « d’impartialité ». Mais cette ère est révolue.

Dans un document publié en juillet, la BBC prend une position très ferme sur la fausse science, qu’elle veut désormais évacuer de ses reportages.

« L’impartialité dans la couverture scientifique ne consiste pas simplement à faire état d’un large spectre de points de vue », écrit la BBC, qui croit qu’une application « trop rigide » des principes d’impartialité peut conduire à un « faux équilibre » dans les reportages.

La réflexion de la BBC a été suscitée par sa propre couverture des changements climatiques, qui a longtemps donné la parole aux climatosceptiques. Or, ceux-ci risquent maintenant d’avoir plus de difficulté à s’y voir offrir un micro.

Cette guerre contre la fausse science est bien connue des journalistes scientifiques, qui doivent sans cesse osciller entre la tendance naturelle du journaliste à faire état de tous les points de vue et la nécessité de véhiculer une information crédible.

Pierre Sormany, ancien rédacteur en chef de l’émission Découverte et aujourd’hui éditeur du magazine Québec Science, est formel : on ne peut pas couvrir la science comme on couvre la politique, par exemple.

« En politique, on ne discute pas de faits. On discute de stratégies et d’idées. Le scénario de la nouvelle droite et le scénario de la gauche sont des façons d’aborder le réel, et le journaliste doit faire écho de la gamme des opinions. En science, en principe, on discute de faits. Alors il faut présenter les faits comme des faits, et les hypothèses comme des hypothèses. »

M. Sormany ne se sent donc pas obligé de signaler tous les points de vue sur une question s’il estime que certains d’entre eux ne sont pas assez solides scientifiquement.

« On ne peut pas, chaque fois que l’on parle d’astronomie, donner la parole à ceux qui croient que la Terre est plate. »

— Pierre Sormany, éditeur du magazine Québec Science et ancien rédacteur en chef de l’émission Découverte

Mais décider de qui mérite la parole et qui ne la mérite pas comporte un danger : se tromper. L’histoire montre que consensus scientifique n’est pas toujours synonyme de vérité et que les chercheurs qui défendent des points de vue marginaux sont parfois ceux qui font évoluer la science. Comment un journaliste, qui n’est pas un expert, peut-il y voir clair ?

« C’est là que les journalistes doivent comprendre non pas la science elle-même, mais comment la science se construit, répond Pascal Lapointe, rédacteur en chef de l’Agence Science-Presse. Les critères pour distinguer une théorie solide d’une théorie farfelue sont connus. Est-ce que ç’a été publié quelque part ? Dans quelle revue ? Y a-t-il eu un processus de révision par les pairs ? Est-ce que d’autres études l’ont confirmée ? »

SUBJECTIVITÉ

M. Lapointe admet que ces critères ne sont pas toujours « tranchés au couteau » : « Ça oblige tôt ou tard à être subjectif – un vilain mot qu’on n’aime pas en journalisme. Mais à un moment donné, le rédacteur en chef décrète que les climatosceptiques n’ont pas d’arguments et que, en conséquence, on arrête de leur accorder un temps de parole égal. »

« Comme journaliste, on a le devoir non pas de donner la parole à tout le monde, mais de se faire une tête », dit aussi Pierre Sormany.

La suite de cet article sur le site web de La Presse au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc