Journalistes emprisonnés dans le monde: le 2e total le plus élevé de l'histoire

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré du site web du Comité pour la Protection des Journalistes

Pour la deuxième année consécutive, la Turquie est le pays dont les prisons renferment le plus de journalistes au monde en date du 1er décembre 2013, suivie de près par l'Iran et la Chine, selon un rapport du Comité pour la protection des journalistes (CPJ). Le nombre de journalistes emprisonnés à travers le monde a diminué par rapport à l'année dernière, mais reste proche des records historiques, selon une analyse par Elana Beiser, directrice de la rédaction du CPJ.

Des journalistes turcs protestent pour les droits des médias à Istanbul le 5 Novembre 2013. Les manifestants ont marché à la cadence d'un pas par minute pour mettre en surbrillance la lenteur de la justice en Turquie. (AFP / Ozan Kose)

Des journalistes turcs protestent pour les droits des médias à Istanbul le 5 Novembre 2013. Les manifestants ont marché à la cadence d'un pas par minute pour mettre en surbrillance la lenteur de la justice en Turquie. (AFP / Ozan Kose)

Publié le 18 décembre 2013

Les journalistes dans les prisons en Turquie, en Iran et en Chine représentent plus de la moitié du total enregistré dans le monde entier en 2013, selon des recherches du Comité pour la protection des journalistes (CPJ). Dans son recensement annuel, le CPJ a identifié 211 journalistes emprisonnés pour l'exercice de leur profession, le deuxième total le plus élevé de l'histoire après celui de 2012, lorsque 232 journalistes étaient derrière les barreaux.

Des gouvernements intolérants à Ankara, Téhéran et Pékin ont enformé pas moins de 107 journalistes, blogueurs et directeurs de publication indépendants en les accusant de complots contre l'État. Pour la deuxième année consécutive, la Turquie et l'Iran sont restés respectivement première et deuxième sur la liste des pays qui emprisonnent le plus de journalistes au monde, en dépit de la libération de quelques prisonniers en 2013 dans ces nations. Le nombre de journalistes recensés en prison en Chine est demeuré stable. (Vous pouvez lire le compte rendu détaillé sur chaque journaliste emprisonné ici.

Le nombre de journalistes enfermés en Turquie a diminué, passant de 49 l'année dernière à 40 en fin 2013, étant donné que certains ont été libérés en attendant leur procès. D'autres ont bénéficié de la nouvelle législation qui autorise la libération de prévenus ayant subi de longues détentions provisoires. D'autres journalistes ont également été libérés après le recensement du CPJ du 1er décembre 2012. Cependant, les autorités détiennent toujours des dizaines de journalistes kurdes sous des accusations relatives au terrorisme. D'autres sont accusés d'avoir participé à des complots anti-gouvernementaux. Les dispositions des lois anti-terroristes et du code pénal vaguement formulées permettent aux autorités turques d'inculper ceux qui font des reportages sur des groupes interdits pour appartenance à ces derniers, selon des recherches du CPJ.

La suite de ce texte sur le site web du CPJ au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc