Japon - Dix ans de prison pour les lanceurs d'alertes

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré de la lettre hebdomadaire de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec

Le Japon vient d'adopter une loi que des universitaires ont qualifié de «pire affront à la démocratie depuis la guerre». Les lanceurs d'alerte et les journalistes qui diffuseraient des informations classées secret d'État seront passibles respectivement de 10 ans et de 5 ans de prison. La notion de secret d'État est cependant très vague et peut servir à bloquer l'information sur une vaste gamme de sujets.

La loi s'applique à la défense, la diplomatie, le contre-terrorisme et le contre-espionnage. Elle donne aux responsables de douzaines de ministères et d'organismes le pouvoir de cacher des informations sensibles pendant 60 ans, voire indéfiniment.

L’article original du Christian Science Monitor au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc