États-Unis – La Cour suprême refuse de se mêler du débat sur les sources journalistiques

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré de la lettre hebdomadaire de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec

La Cour suprême des États-Unis a rejeté un appel de James Risen, journaliste au New York Times, qui refuse de révéler l’identité de l’une de ses sources.

Ce journaliste encourt une peine d’emprisonnement s’il refuse de comparaître devant une cour d’appel fédérale américaine dans le cadre du procès d’un ancien responsable de la CIA, Jeffrey Sterling. Ce dernier est accusé d’avoir fourni des informations confidentielles sur une opération secrète contre l’Iran.

La haute Cour n’a pas commenté son refus. L’injonction faite à James Risen par une cour d’appel fédérale de révéler ses sources est donc maintenue.

Les procureurs veulent prouver que Jeffrey Sterling est la source qui a permis au journaliste de documenter un chapitre dans son livre «State of War», publié en 2006, qui décrit une opération avortée de la CIA visant à saboter le programme nucléaire iranien.

James Risen refuse de se présenter devant la Cour et il a affirmé lundi qu’il allait continuer sa bataille. Son avocat, Joel Kurtzberg, demande au gouvernement de revenir sur sa décision de poursuivre le journaliste s’il décide de ne pas témoigner.

Cette affaire est considérée comme une violation intolérable de la liberté de presse par la communauté journalistique aux États-Unis.

L’article sur le sujet du New York Times au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc