Charte des valeurs : quelle influence ont eu sur le public les éditorialistes, blogueurs, et autres chroniqueurs?

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré du site web du Centre d’études sur les médias de l’Université Laval

Les textes d’opinion, tout particulièrement les chroniques et les textes ou lettres de lecteurs, prennent une place de plus en plus grande dans les quotidiens. Lorsque des débats majeurs comme celui de la Charte des valeurs québécoises occupent l’actualité comme ce fut le cas à l'automne 2013, les quotidiens émaillent leurs pages de plusieurs dizaines de chroniques, éditoriaux et autres textes d’opinion abordant l’un ou l’autre aspect de ces débats.

À l’intérieur des pages d’un même journal, les positions exprimées couvrent une bonne part du spectre des possibles. Il ne s’agit pas de canaliser l’opinion dans un sens ou dans l’autre, mais d’offrir au lecteur une panoplie de points de vue qui l’aideront à se construire un avis plus éclairé. Mais dans les faits, ces nobles objectifs trouvent-ils écho chez le lecteur lambda, ici au Québec? Combien lisent ces textes? Lesquels : uniquement ceux de leur(s) chroniqueur(s) ou éditorialiste préféré(s); uniquement ceux qui se rapprochent de leur opinion; ou un large éventail pour confronter leur pensée à celles d’autres personnes? Qu’ont-ils l’impression d’en tirer? Qu’y ont-ils trouvé : des arguments qui les ont confortés dans leur conviction de départ; des arguments qui ont étoffé leur opinion, des arguments qui les ont amenés à nuancer leur point de vue, sinon à le modifier? Selon les lecteurs, quel est l’apport de tels textes dans la formation et l’évolution de l’opinion sur un sujet comme celui de la charte des valeurs?

Pour tenter de répondre à ces questions, le Centre d'étude des médias a tenu, à la fin du mois de novembre 2013 des groupes de discussion réunissant près de 60 personnes choisies au hasard parmi les résidents de la Région métropolitaine de Montréal (incluant Laval).

Du rapport produit à la suite de cet exercice, il ressort entre autres que l’abondance d’opinions divergentes sur la Charte des valeurs émises par les éditorialistes, blogueurs et autres chroniqueurs aurait ajouté à la confusion du public pendant le débat social sur cette question.

Le rapport du Centre d’études sur les médias est disponible au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc