APRÈS QUATRE ANS DE PRISON, ELLE PERSISTE ET SIGNE

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré du site web du quotidien La Presse

JEAN-THOMAS LÉVEILLÉ

KIGALI — Sitôt sortie de prison, sitôt remise au travail. Agnès Uwimana Nkusi n’a pas l’intention de baisser les bras. Écrouée pendant quatre ans pour ses articles critiquant le régime de Paul Kagame, la journaliste rwandaise a repris la plume au cours de l’été.

« Nous n’allons pas changer notre ligne éditoriale, nous allons continuer de critiquer le gouvernement, explique d’une voix douce et posée la petite femme de 38 ans, veuve, dont les écrits ont soulevé l’ire du pouvoir en place à Kigali. Nous allons nous mettre à la place de la population. Nous allons être l’œil qui surveille l’État. »

« Il y a des choses qui vont bien [au Rwanda], mais il y en a aussi qui ne vont pas bien, dit-elle. Quelques personnes essaient de mettre leurs forces en commun, mais on les sépare. On les met en prison, les autres se réfugient à l’étranger, d’autres rejoignent le parti [du président] pour protéger leur sécurité. Les médias ne parlent pas de l’opposition, car il n’y en a pas. »

« Oui, le Rwanda va mieux, mais tous les enfants ne vont pas à l’école, certains doivent aider leurs parents qui sont trop pauvres », illustre-t-elle.

Libérée le 18 juin, Agnès Uwimana Nkusi venait de passer quelques semaines à l’hôpital quand La Presse l’a rencontrée, chez son avocat, dans un quartier populaire de Kigali. Elle mettait la dernière touche au prochain numéro de son journal, Umurabyo (« éclair », en kinyarwanda, la langue maternelle des Rwandais), le premier depuis quatre ans.

L’hebdomadaire qu’elle dirige est publié en kinyarwanda et distribué dans tout le pays, mais avec ses 5000 exemplaires, il est bien petit par rapport au quotidien d’État Imvaho Nshya ou au journal progouvernemental de langue anglaise New Times.

C’est en Ouganda qu’il doit être imprimé, « parce que la seule imprimerie du Rwanda appartient en partie à l’État », déplore son avocat, Me Évariste Nsabayezu, également vice-président de la Ligue pour la protection des droits de l’homme au Rwanda (LIPRODHOR).

DÉTENTION « INJUSTE » ET « ARBITRAIRE »

Incarcérée le 8 juillet 2010 pour « incitation à la désobéissance civile », « divisionnisme » et « négation du génocide » après avoir écrit un article sur les causes du génocide et évoqué la thèse du double génocide, Agnès Uwimana Nkusi devait à l’origine passer 17 ans derrière les barreaux.

« Les ethnies existent, mais si on en parle, on est accusés d’idéologie génocidaire », soutient la journaliste.

En 2012, au terme d’un nouveau procès, la Cour suprême du Rwanda l’a reconnue coupable d’« atteinte à la sûreté de l’État » et de « diffamation » à l’égard du président Paul Kagame et a réduit sa peine à quatre ans d’emprisonnement – une détention néanmoins jugée « aussi injuste qu’arbitraire » par Reporters sans frontières.

« Si Agnès était un homme, elle n’existerait plus. »

— Me Évariste Nsabayezu, avocat d’Agnès Uwimana Nkusi

Pendant quatre ans, on lui a servi un seul repas par jour. Jamais, cependant, elle n’a été violentée. « Parce qu’elle est une femme », estime son avocat, qui rappelle les disparitions et assassinats d’opposants politiques rwandais, comme Patrick Karegeya, tué au début de l’année en Afrique du Sud.

La suite de cet article de Jean-Thomas Léveillé au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc