Les normes journalistiques traditionnelles et les médias à but non lucratif

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré du site web ProjetJ.ca de l’Observatoire du Journalisme, une initiative de la Fondation pour le journalisme canadien

Par Helène Roulot-Ganzmann

Note de lecture de la Chaire de recherche en éthique du journalisme de l'Université d'Ottawa

Carolane Gratton, étudiante à la maîtrise en communication à l'Université d'Ottawa

Cette étude de cas porte sur l’évolution de trois valeurs journalistiques : la compréhension, la loyauté et la couverture de la communauté. Celles-ci sont abordées en tant que normes par l’auteure qui les définit comme l’obligation de couvrir les évènements de façon compréhensible, de favoriser l’intérêt public et de représenter la société dans son ensemble.

La chercheuse Magda Konieczna est une ancienne journaliste canadienne qui s’intéresse au rôle démocratique des médias à but non lucratif. Elle observe ici l’évolution de ces trois normes dans un contexte économique qui diverge de celui des médias commerciaux.

Selon la littérature scientifique, ces normes seraient plus susceptibles d’être affectées par la situation financière d’un journal. C’est pourquoi une recherche de terrain de deux semaines auprès du journal internet américain à but non lucratif le MinnPost a été menée en 2011. L’observation du fonctionnement de sa salle de nouvelle et les entrevues avec ses journalistes ont permis à l'auteure de voir si ces normes sont discutées dans la salle de presse et, le cas échéant, de quelle façon elles sont intégrées dans le journal.

Durant la période étudiée, la question de la loyauté envers le public est mise de l’avant lorsque le MinnPost décide de mettre en place un sondage afin de déterminer la position du public quant aux responsables de la crise politique qu’ils vivent. Malgré un budget limité, les journalistes considéraient important de couvrir cet angle de l’histoire qui était marginalisé par les autres journaux. Ils souhaitaient ainsi compenser le manque d’information locale et donner la priorité à leur mission de loyauté envers le public en investissant dans ce projet non rentable.

Par contre, le mode de financement de ce journal fait parfois en sorte que l’intérêt du public et la qualité de la couverture des évènements importants peuvent être négligés. Ses revenus proviennent majoritairement de la publicité et de dons du public ou de fondations. Pour la publicité, il est possible de placer des annonces sur le site ou bien d’en subventionner une section particulière (sport, éducation, environnement, etc.). Une compagnie ou une fondation peut aussi accepter de financer une série de reportages reliée de près ou de loin à leur champ d’intérêt.

Cette situation ne devient problématique que lorsque ces arrangements préalables font en sorte que le nombre restreint de journalistes ne suffit plus à couvrir en profondeur des évènements importants. Ce fut le cas lors de l’impasse politique qui a entrainé la dissolution de la chambre des élus du Minnesota.

La suite de ce compte-rendu sur ProjetJ.ca au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc