Le Parti socialiste français milite pour la création d’un Conseil de presse et une charte de déontologie

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Extrait de la prise de position du Parti socialiste français

Philippe Buisson, Secrétaire national aux Médias

Le Parti socialiste rappelle que la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme, garantie par la Déclaration des droits de l’homme et donc notre Constitution. De ce postulat découle le droit de nos concitoyens à bénéficier d’une information de qualité, complète, libre, indépendante et pluraliste. La survie d’une presse d’information générale de qualité, libre et rigoureuse, est donc une impérieuse obligation pour la vivacité de notre démocratie.

Le Parti socialiste, fort de ses échanges avec des journalistes, syndicats, fédérations de presse, élus et citoyens réunis le 17 avril 2013 à l’occasion de la conférence « Comment soumettre les aides à la presse à des exigences déontologiques ? », encourage la création d’un Conseil de presse tripartie (journalistes, éditeurs, société civile) adossé à la Commission de la Carte.

Le Parti socialiste est également favorable à la création d’une « charte chapeau » nationale de déontologie qui pourrait ensuite se décliner, s’enrichir pour chaque titre et chaque média, et qui conditionnerait l’attribution des aides publiques à la presse.

La suite du communiqué sur le site web du parti socialiste français.