Le caractère éthique des diffuseurs publics

Sommaire

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré du site web du Center for Journalism Ethics de la School of Journalism and Mass Communication de l’université Wisconsin-Madison Par Byron Knight, co-directeur, Editorial Integrity, Public Media Project L’élection présidentielle aux États-Unis a relancé le débat sur le rôle du gouvernement, y compris sur l’appui des contribuables aux sociétés publiques d’information. La majeure partie…

(Tiré du site web du Center for Journalism Ethics de la School of Journalism and Mass Communicationde l’université Wisconsin-Madison)

Par Byron Knight, co-directeur, Editorial Integrity, Public Media Project

L’élection présidentielle aux États-Unis a relancé le débat sur le rôle du gouvernement, y compris sur l’appui des contribuables aux sociétés publiques d’information. La majeure partie de la couverture médiatique a porté sur les coupes que pourraient subir des émissions à succès comme Sesame Streetet ses figures de proue comme le personnage de Big Bird. Bryon Knight, qui a fait une longue carrière comme haut dirigeant de diffuseurs publics, nous rappelle que l’appui financier aux médias publics ne sert pas qu’à créer des personnages comme Big Bird. Il aide un service public implanté localement et qui ne rend pas compte à des annonceurs ou à des actionnaires, mais plutôt à tous les citoyens.

Son texte au complet au bout de ce lien.