L’ Europe veut contrôler les lois de ses États en matière de liberté des médias

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré du site web du parlement européen

Les modifications des législations des États membres relatives aux médias, facilitant l'interférence des gouvernements dans ce secteur, devraient être examinées chaque année au niveau européen, affirme une résolution adoptée par le Parlement, ce mardi. Afin de sauvegarder la liberté et le pluralisme dans les médias, la directive sur les services de médias audiovisuels devrait être révisée et les conditions de travail des journalistes améliorées, ajoute le texte.

La liberté et le pluralisme des médias devrait être contrôlés dans l'ensemble des États membres, et les résultats publiés dans des rapports annuels qui seraient suivis de propositions d'action, affirme la résolution rédigée par Renate Weber (ADLE, RO). Cette supervision devrait être effectuée par la Commission européenne, l'Agence européenne des droits fondamentaux et/ou le Centre pour le pluralisme et la liberté des médias de l'Institut universitaire européen, précise le texte.

Protéger les journalistes contre les menaces

Le Parlement européen souhaite assurer l'indépendance des journalistes, tant vis-à-vis des pressions internes de la part des maisons d'édition ou des propriétaires de médias que vis-à-vis des pressions externes de la part de groupes de pression politiques ou économiques. Pour les rédacteurs en chef et les journalistes, les chartes éditoriales ou "codes de conduite" sont essentiels afin de garantir l'indépendance, car ils empêchent les propriétaires, les gouvernements ou d'autres acteurs d'interférer avec le contenu des informations, souligne le texte.

La suite complète sur le site du parlement du Conseil de l’Europe au bout de ce lien.