L’espionnage de masse mine le journalisme américain

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

L’espionnage de masse telle que pratiqué la National Security Agency américaine, la NSA, produit un effet paralysant sur ​​le journalisme, parce que les sources craignent de plus en plus de parler aux médias sous le sceau de la confidentialité

C'est le message qu'un groupe d'universitaires, de journalistes et de chercheurs de l'école de journalisme de l’Université Columbia et du MIT Center for Civic Media livrent dans une communication publique formulée au Review Group on Intelligence and Communication Technologies mis en place par le président américain Barack Obama.

Le commentaire d’une quinzaine de pages soutient que la surveillance de masse nuit au journalisme et est incompatible avec la loi et les règles de pratique existantes. Le rapport fait état de plusieurs cas récents qui démontrent que ce type de surveillance a déjà produit des effets néfastes pour la pratique journalistique et la transparence démocratique.

Le commentaire complet du groupe en question au bout de ce lien.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc