France : Le CSA (CRTC français) n’est pas l’instance de déontologie des journalistes

Sommaire

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré de la lettre hebdomadaire de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec — Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) de France, une manière de CRTC interventionniste, a adressé une « mise en garde » à France Télévisions à la suite de la diffusion, le 7 février, du magazine Envoyé spécial consacré aux exactions commises au…

(Tiré de la lettre hebdomadaire de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec)

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) de France, une manière de CRTC interventionniste, a adressé une « mise en garde » à France Télévisions à la suite de la diffusion, le 7 février, du magazineEnvoyé spécial consacré aux exactions commises au Mali. Le CSA considère que les images du reportage étaient « difficilement soutenables, notamment pour de jeunes téléspectateurs ».

Cette intervention d’un organe public dans les décisions rédactionnelles a étonné Thierry Thuillier, le patron de l’information du groupe France Télévisions. « J’aimerais savoir qui décide de ce qu’on peut montrer d’une guerre. Je pensais que jusqu’ici cette responsabilité relevait des journalistes », a-t-il déclaré.

Le Syndicat national des journalistes (SNJ) n’est pas en reste. Il « tient à mettre en garde le CSA contre ses tentatives récurrentes de vouloir se prendre pour le conseil de l’ordre des journalistes ».

Au sujet d’un autre décision de 2010, jugée inique, le SNJ avait écrit: « Il n’est pas question que le CSA, dont ce n’est ni le rôle ni les attributions, s’immisce dans le fonctionnement des rédactions et la déontologie des journalistes. Le CSA, dont l’indépendance est régulièrement mise en cause du fait du mode de désignation politique de ses membres, n’est légalement pas qualifié pour juger de la déontologie des journalistes ».

L’article sur la question sur le site web du magazine français Le Point.