É-U – Prolifération de faux journaux scientifiques en ligne

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré de la lettre hebdomadaire de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec

Selon un chercheur de l’Université du Colorado, on peut qualifier de « prédateurs » environ 4 000 journaux scientifiques accessibles gratuitement en ligne.

Ces journaux semblent publier à peu près n’importe quel texte moyennant un paiement par le scientifique qui en est l’auteur, sans révision par les pairs. Le public non averti qui fait une recherche sur internet peut difficilement savoir s’il s’agit là de science ou de pseudo science. Même les universités, qui jaugent les cv des chercheurs entre autre selon leurs publications, ont des difficultés à établir la crédibilité de ces publications.

L’article sur le sujet sur le site web du New York Times.