É-U – Loi controversée autour d’une pratique dégoûtante

Sommaire

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré de la lettre hebdomadaire de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec — Un projet de loi de Floride s’en prend à une réalité jugée dégoutante par bien des Américains, mais pourrait faire plus de tort que de bien. Des sites écument les bases de données et utilisent la loi sur l’accès à l’information pour…

(Tiré de la lettre hebdomadaire de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec)

Un projet de loi de Floride s’en prend à une réalité jugée dégoutante par bien des Américains, mais pourrait faire plus de tort que de bien. Des sites écument les bases de données et utilisent la loi sur l’accès à l’information pour publier les photos de personnes qui ont maille à partir avec la justice de près ou de loin.

Ces sites («Mugshot websites») demandent alors un paiement à ces gens pour enlever leur photo du web, un modèle d’affaires pour le moins douteux.

Le projet de loi veut empêcher ces sites d’exiger un paiement pour enlever les photos et crée à l’endroit de leurs activités une présomption de diffamation. Mais le Premier Amendement ne permet pas au gouvernement de contrôler le discours public simplement parce qu’il est répugnant. La présomption de diffamation est aussi contraire à la Constitution. Chaque cas de diffamation alléguée doit être étudié au mérite.

Le projet de loi vise finalement si large qu’il pourrait porter atteinte à au travail journalistique parfaitement légitime.

Voir l’article à ce sujet sur le site du Nieman Journalism Lab, associé à l’Université Harvard.