Combien vaut votre vie privée?

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré de Éthique.net

par René Villemure

Internet : méthode conviviale de surveillance

Les conséquences de l’acte sont incluses dans l’acte lui-même

- George Orwell

Une compagnie d’assurances qui vous propose un rabais pouvant aller jusqu’à 25% de la prime sur votre assurance en échange d’une surveillance constante de votre conduite par le biais de l’installation d’un GPS sur votre voiture. Y a t-il lieu de s’interroger sur le plan éthique, plus particulièrement en ce qui concerne la protection de la vie privée?

Internet offre à profusion des situations où la vie privée n’est, en réalité, plus du tout privée. Il est toujours étonnant de voir l’insouciance ou la facilité avec laquelle les gens cliquent sur le petit carré « j’accepte les conditions » tout en n’ayant jamais lu les conditions d’utilisation d’applications comme iTunes, Facebook ou Instagram. « Que peut-il arriver », se demande-t-on? « Je ne fais rien de mal » disent d’autres.

Pourtant, on le sait tous, il n’y a plus grand chose de gratuit en 2013. Sachant ceci, si une application vous est offerte gratuitement, ne devriez-vous pas vous demander « pourquoi l’application est-elle gratuite? Qui finance l’application? Comment et à quelles fins »? Aucune des entreprises qui fournissent des applications « gratuites » ne le fait avec une visée de Bien Commun : elles ont leurs intérêts. Ainsi, si on ne vous demande pas de contribuer financièrement, soyez assuré que vous contribuerez, souvent à votre insu, ayant accepté sans les lire les « conditions d’utilisation ». Sans le savoir, vous enrichirez la base de données de l’entreprise au moyen des données les plus fiables : les données consenties. Ces données valent plus que tout; c’est la raison pour laquelle certains fonds d’investissement consacrent des dizaines voire, des centaines de millions de dollars dans des applications « gratuites ».

Lire la suite sur ethique.net.

Pour me joindre :

ombudsman@radio-canada.ca

Twitter : @ombudsmanrc