Sur les dangers de Twitter pour les journalistes (surtout en regardant le Super Bowl)

Sommaire

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Dans sa chronique The Media Equation, le colomnist du New York Times David Carr se penche sur les dangers des tweets à la suite de la suspension par CNN de son journaliste Roland Martin. Durant le match du Super Bowl, celui-ci y est allé d’un tweet sur une publicité de sous-vêtements mettant en scène le joueur…

Dans sa chronique The Media Equation, le colomnist du New York Times David Carr se penche sur les dangers des tweets à la suite de la suspension par CNN de son journaliste Roland Martin. Durant le match du Super Bowl, celui-ci y est allé d’un tweet sur une publicité de sous-vêtements mettant en scène le joueur de soccer David Beckham : « If a dude at your Super Bowl party is hyped about David Beckham’s H&M underwear ad, smack the ish out of him! #superbowl, » a-t-il écrit. Je ne me risquerai pas à traduire cette phrase, faites-le vous-mêmes. Mais plusieurs ont vu dans ce tweet un appel à la violence contre les gays. Le journaliste, qui déteste ouvertement le soccer, a expliqué qu’il visait plutôt le sport. Il a tout de même été suspendu. Ce qui a donné à David Carr l’occasion de se pencher sur l’art de discourir en 140 caractères sans se mettre les pieds dans les plats, ou dans la bouche… Sous le titre (ma traduction cette fois) : « Twitter, c’est le fun jusqu’à ce que ça ne le soit plus.»